Partagez | 
 

 Espéranza T. Adlestein ϟ Fiche de personnage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Esperanza T. Adlestein
Messages : 12
Date d'inscription : 21/07/2012
Célébrité : Ashley Greene
Origine : Sang moldu, sorcier de naissance
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Espéranza T. Adlestein ϟ Fiche de personnage   Sam 21 Juil - 18:34


feat ϟ Ashley Greene, credit
Espéranza T. Adlestein


“ citation. „

Nom, Prénom : Espéranza Adlestein âge: 16 ans anniversaire: 17 novembre origines: Française & Anglaise orientation sexuelle: Hétérosexuelle profession ou année d'études: Sixième année sorcier/ancien moldu/créature: Sorcier nature du sang: Sang moldu connaît la magie depuis: l'âge de 11 ans possède une baguette: de façon légale : 27,2cm ; bois de cerisier ; plume de phénix épouvantard: le vide sous ses pieds


ϟ show me some magic !
Cher journal,
Tu ne devineras jamais ce qu’il m’est arrivé cette nuit. J’ai fait un rêve formidable. J’étais à la maison, avec papa et maman, nous prenions le thé dans le jardin quand une licorne rose l’a traversé. C’est maman qui l’a vue la première. Je crois qu’elle a eu peur, elle a eu un petit sursaut qui nous à avertis, papa et moi.
C’est très rare une licorne alors rose n’en parlons pas. Et puis dans notre jardin… à Londres, c’était carrément inhabituel. Je me suis levée de ma chaise longue et j’ai approché la licorne qui me regardait, elle n’a pas bougé d’un poil lorsque je me suis approchée. Et d’ailleurs elle m’a laissée la toucher puis s’est allongée dans l’herbe de notre petit jardin. Elle a pleuré et sa larme est tombée sur le sol faisant instantanément pousser un arbre magique. Ce n’était qu’une herbe au début. L’arbre a poussé très, très vite, un peu comme le haricot de Jack. Ses feuilles étaient roses comme la licorne et son tronc était aussi blanc que sa corne. C’était complètement irréel mais tellement magnifique.
Je touchai l’une des feuilles du bout de mes doigts. Elle était veloutée d’un côté et aussi lisse que de la soie de l’autre.


ϟ can i get on your magic bus ?
Esperanza n’est peut-être pas une fille de sorciers mais elle est pourtant une jeune femme très douée. Dès sa première année elle s’est révélée avoir un réel don pour la magie. Elle s’est intéressée à la legilimencie avant son entrée en quatrième année. Elle ignorait ce que c'était exactement et avait demandé conseil à l’un de ses professeurs qui lui avait expliqué le phénomène. Elle ne l’avait absolument pas contrôlé mais avait trouvé cela vraiment fascinant. Connaître les pensées & émotions des gens devait être passionnant. Savoir qui lui mentait, qui était hypocrite… Elle souhaitait vraiment parvenir à maîtriser ce pouvoir qu’elle connaissait si peu.
Dès le départ, elle se rendit compte qu’elle avait des prédispositions avec ce don. Elle n’arrivait pas à le contrôler et son esprit l’envoyait parfois se vagabonder dans l’esprit d’autrui dès qu’une émotion un peu trop forte la submergeait. La colère généralement. Elle a essayé de contrôler seule son don durant de longs mois avant de demander de l’aide à un professeur.
Aujourd’hui, et grâce à son professeur de vol elle contrôle la legilimencie de mieux en mieux mais n’a toujours pas un contrôle total dessus. Elle aimerait rencontrer quelqu’un de son âge qui soit aussi legilimens pour l’aider et partager ses expériences.


once upon a time

Espéranza est une jeune fille née un 17 novembre en pleine après-midi. Née d’une mère française et d’un père Anglais, elle a d’abord grandi en France près de Toulouse jusqu’à ce que son père ait une proposition d’emploi à Londres. Une proposition qu’il ne pouvait absolument pas refuser.
La jeune fille, âgée à cette époque de tout juste dix ans eut beaucoup de mal à accepter ce départ dans un pays inconnu, laisser tous ces amis et devoir s’en faire d’autres qui parleraient une langue différente et qu’elle ne comprendrait pas.
A l’école, elle était une enfant studieuse qui écoutait et apprenait très vite, c’est pourquoi ses parents ne se faisaient aucun souci pour son intégration, et il était bien normal qu’elle ait des craintes à quitter son pays et ses amis.
Deux semaines avant leur départ, alors qu’elle allait fêter ses 11 ans, elle reçut deux étranges lettres toutes deux apportées par un hibou. Avait-on remplacé les pigeons voyageurs ?
La première était d’un collège appelé Beauxbâtons, ce devait être une blague ? Non, c’était forcément une blague car cette école prétendait être une école de magie. Bon c’est vrai que de temps en temps, il se passait des choses étranges autour d’elle mais ça n’était pas de la magie, la magie n’existait pas en dehors des contes et des romans !
Lorsque la seconde lettre arriva, elle aussi par hibou, elle fut très surprise de constater que c’était aussi pour une école de magie mais en Angleterre. Elle était accompagnée d’un mot du directeur.
« Espéranza,
Je crois savoir que tes parents et toi allez déménager à Londres durant les vacances d’été. Tu as certainement déjà reçu ta lettre de Beauxbâtons, Madame Maxime te veut dans son école autant que nous te voulons au sein de Poudlard. J’ai bon espoir que tu te plairas au château. De plus, je te conseille vivement d’acheter ta baguette magique durant la seconde semaine d’août sur le Chemin de Traverse »


Etait-ce une blague venant de ses parents pour la motiver à aller à Londres ? Comment pouvait-on savoir qu’elle allait déménager, elle n’avait rien dit à personne, pas même à sa meilleure amie…
C’est donc un peu perdue qu’elle parla de ces lettres à ses parents qui lui assurèrent, déterminés, qu’ils n’étaient pas à l’origine de cette blague et que la magie n’existait pas.

Arrivés à Londres, ils emménagèrent dans leur nouvelle maison. D’ailleurs il n’y avait aucuns volets aux fenêtres et c’était très désagréable le matin. Elle était réveillée très tôt.
En défaisant ses cartons, elle retomba sur ces deux lettres et les relut. Cela la perturbait vraiment, les choses autour d’elle était bizarres. L’autre jour, dans le bus, la capuche d’un homme a pris feu. Elle était justement en train de le regarder à ce moment-là. Ces parents lui soutenaient que la magie n’était que dans le contes et décidèrent de lui prouver : ils allèrent sur ledit « Chemin de traverse ». Ils entrèrent dans la petite taverne où des gens un peu bizarres les regardaient et allèrent dans l’arrière court. Le père d’Espéranza toucha les pierres qui étaient indiquées dans sa lettre. Rien ne se produisit. Puis, Espéranza essaya à son tour et là, comme par… magie, les pierres bougèrent et se rétractèrent laissant place à une ruelle étroite et biscornue ou il y avait foule. Le « Chemin de traverse »… c’était donc vrai ??

Espéranza et ses parents étaient émerveillés, ils s’avancèrent et regardèrent autour d’eux les boutiques et les sorciers. Certains portaient des capes, certains étaient âgés, d’autres étaient jeunes. Il devait même y avoir de futurs élèves de cette école : Poudlard.
Soudainement, Espéranza se sentit éclairée… elle voulait aller à Poudlard. Elle fit donc les boutiques une à une pour acheter sa baguette magique, ses livres, son uniforme et le nécessaire de potions. C’était formidable ce nouveau monde qui s’ouvrait à elle et dont elle ne connaissait même pas l’existence jusqu’à présent ;

Lors de son entrée à Poudlard elle était un peu perdue. Le Poudlard Express l’avait amenée jusqu’à un château avec les autres élèves et elle connaissait personne. Elle avait été envoyée à Pouffsoufle, c’était sans doute dû à son amour d’apprendre et à sa patience. Elle s’était intégrée très facilement même si la barrière de la langue avait été difficile au début.
Ses cours la passionnaient, elle trouvait fascinant d’apprendre à faire des potions magiques où même de connaître le passé de la magie grâce aux leçons d’Histoire de la Magie. Même si certains trouvaient ce cours vraiment rébarbatif, Esperanza aimait beaucoup connaître ce passé dont elle ignorait jusqu’à l’existence même auparavant.
Elle excellait dans la plupart des matières et se donnait la peine de réviser ou d’aller à la bibliothèque de l’école lorsqu’elle en avait besoin. Elle était d’ailleurs généralement appréciée de ses professeurs du fait qu’elle soit une élève calme et studieuse.
Durant ses cinq premières années à Poudlard, la jeune femme était plutôt solitaire et préférait passer son temps libre à réviser ou à travailler des sortilèges et des potions qui lui avaient posé des difficultés en classe. Mais, les années passant, elle s’était tout de même faite des amis fidèles avec lesquels aujourd’hui elle essayait d’aider les nouveaux sorciers à s’intégrer. Après tout, elle a été comme eux à une époque, ignorante du monde de la magie elle était passée au rang de sorcière. D’ailleurs ses parents étaient eux aussi des sorciers maintenant. Les Fizwizbiz ils en avaient mangés tous les trois, ils n’avaient pas pris garde, après tout elle en mangeait souvent à Poudlard.
Lorsque le hibou était arrivé, elle avait pensé que ses amis lui faisaient un cadeau pour Noël mais que la lettre avait glissé de la patte de l’animal. Elle avait partagé ses bonbons préférés avec ses parents qui n’avaient encore jamais eu l’occasion de les découvrir. Ils avaient adoré et avaient en une soirée mangés l’intégralité du petit sachet avant d’aller se coucher. Le lendemain, oh ! Surprise ! Voilà que sa mère a cassé un vase en le regardant et son père a allumé le feu dans la cheminée en se mettant en colère.
Tous trois ont étés très surpris et ont immédiatement écris au ministère de la magie pour savoir ce qu’il pouvait bien se passer et comment il était possible que des adultes deviennent sorciers. La réponse ne se fit pas attendre longtemps et était très surprenante. Pourtant, cela ne dérangeait pas vraiment Esperanza. Après tout, elle était aussi une moldue autrefois, avant que ses pouvoirs ne se manifestent. Pourquoi ses parents n’auraient-ils pas le droit de connaître le bonheur d’être sorciers même de façon temporaire. D’ailleurs, ils ont étés acheter leur baguette magique le jour même. Rapidement après les boutiques arrêtaient de vendre. Et Esperanza comprenait que ça pouvait devenir un vrai fléau que tant de moldus deviennent sorciers. Elle se rendait compte que beaucoup profitaient de leurs nouveaux pouvoirs magiques pour en abuser et cela la révoltait. La magie n’était pas faite pour ça.