Partagez | 
 

 Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou   Mer 20 Juin - 23:32

    Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité..



Viktor empoigna son pain et en arracha un gros morceau à l'aide de ses dents. Il regardait Sasha, assise quelques tables plus loin, en face de lui, ignorant un instant les bavardages de ses camarades. Il la vit se lever rapidement et lui sourit discrètement, ne tenant pas particulièrement à ce que ses amis lui pose des questions à propos de ce sourire. Certains avaient conservés de forts préjugés sur les serpentards et Sasha n'avait pas été épargné. Vik en avait suffisamment entendu à propos du fait que Gabe était son meilleur ami, à serpentard lui aussi, il n'avait pas besoin d'entendre à nouveau la même chanson pour sa meilleure amie. Gabe avait été accepté, il avait suffit aux rouges et or de le côtoyer ne serait-ce que quelques minutes pour comprendre qu'il n'était pas l'un de ces serpentards prétentieux et vicieux. Il était trop innocent pour être méchant. En revanche, pour Sasha, cela était une toute autre histoire, elle avait un caractère qui faisait que si l'on ne partait pas sur de bonnes bases, il était bien difficile de revenir sur une bonne entente. Elle avait un caractère trop fort pour ça. Lui, cela le faisait rire, du moins lorsqu'ils n'étaient que tout les deux, le reste du temps il faisait semblant d'être comme ces autres gryffondors qui ne la supportaient pas. C'était la facilité. Enfin, il le croyait. Il finit sa bouche, et avala le contenu de son verre d'une traite puis se leva. Il voulait parler à Sasha, discrètement, rien que tout les deux, quelques petites minutes au moins. Il prévint ses camarades qu'il devait passer aux toilettes et vit dans le regard de Gabe qu'il avait compris. Son meilleur ami y était habitué, à le voir s'éclipser pour retrouver Sasha, il devinait maintenant qu'il n'allait pas aux toilettes mais simplement retrouver Sasha quelques part. Viktor lui fit un clin d'oeil avant de s'éclipser, tentant de rattraper la brune qui foulait le sol à une vitesse folle.

Bientôt, il ne la vit plus, traversant les couloirs. Elle ne l'avait sans doute pas vu et il se demanda pourquoi elle était si pressé. Voyant où elle se dirigeait, il finit par comprendre qu'elle allait aux toilettes. Juste après manger. Sa mâchoire se serra, il pensait qu'elle en avait fini avec sa maladie, tout du moins que ça allait mieux, et pourtant elle n'en donnait pas tant l'air. Il accéléra le pas, cherchant sa meilleure amie entre les élèves qui rejoignaient leur salle au fur à mesure qu'ils avaient fini de manger. Il n'eut pas le temps de rattraper un gamin, sans doute un premier année, qui lui rentra dedans avant de tomber au sol, sur les fesses. Il sourit légèrement, n'ayant pas bouger d'un poil malgré le choc, le pauvre gosse ne faisait pas le poids du haut de ses 1m40. Il devait peser le quart du poids de Vik, non il ne faisait décidément pas le poids. Le jeune élève releva la tête vers lui les yeux pleins de larmes. Il était impossible qu'il ait aussi mal que son visage semblait le dire, si ce n'était un petit picotement à l'endroit de la chute, il n'avait rien. Il était simplement tout honteux d'avoir chuter là, en pleins milieu d'un couloir et devant tout ses pseudo amis qui se moquaient ouvertement de lui. Viktor lui tendit la main pour l'aider à se relever, continuant de chercher Sasha du regard. Trop tard, elle était rentré dans les toilettes, il ne la trouverait plus ou il devrait l'attendre à la sortie. Le gamin saisit sa main et Vik le releva sans aucun efforts, ce gosse pesait aussi lourd qu'une plume hippogriffe. Il s'épousseta le derrière, toujours secoué par les sanglots. Pas très solide celui là. Viktor l'attira un peu plus loin, sa tendance à se prendre pour Superman refaisant surface et s'accroupit devant lui avec un sourire rassurant. En apercevant l'écusson sur le pull de l'enfant, il pouffa légèrement déposant ses mains sur chacune des épaules du jeune rouge et or. Il n'avait sans doute pas atterri chez les gryffondors pour son courage celui là. « Bah alors, faut pas pleurer comme ça, t'en verra d'autre. Et puis ce n'est qu'une petite chute, je suis presque sur que t'as pas eu mal. Un peu de courage, t'es à gryffondor ! Montres le, sois fier ! » Il lui tapota l'épaule alors que l'autre bafouillait quelques mots. « Oui.. oui, mais elle m'a poussé.. et.. et j'en ai marre.. j'en ai marre qu'on me pousse tout le temps.. » « Oh, euh..bah.. » Viktor n'était pas si doué que ce qu'il aurait pensé avec les enfants. Il n'avait pas souvent eu l'occasion de s'occuper de l'un d'eux même s'il était loin de les fuir. Souvent, ces minis pousses le faisaient rire mais là, il fallait avouer qu'il avait du mal à trouver les mots pour réconforter l'enfant. Il continua sur sa lancée, dans l'idée d'aller toucher deux mots à celui qui avait mis ce gamin dans tous ses états. Même si ça consistait simplement à ce que l'autre s'excuse en disant qu'il n'avait pas fait exprès. « Qui est-ce qui t'a poussé ? » L'enfant jeta un regard effrayé par dessus son épaule, Viktor se retourna automatiquement. « C'est.. c'est elle ! C'est elle qui m'a poussé ! » Viktor ouvrit de grands yeux. * Et merde ! Dans quoi est-ce que tu t'es encore fourré Vik ?! * Sasha sortait des toilettes, le visage pâle. Maintenant plus de doute, elle était allé se faire vomir et elle avait bousculé ce gamin en se précipitant aux toilettes. Il se redressa, tapota l'épaule du premier année. « Aller files en cours, on est tous passé par là, faut pas te mettre dans ces états là pour ça. » Il lui sourit, gêné de l'abandonner comme ça. « Mais.. mais tu vas pas lui parler ? » Ça y est, il détestait ce gamin. C'était ça les gosses, vous décidez de les aider et ils finissent par vous mettre plus dans la merde qu'autre chose. Le premier année était à gryffondor, la rumeur irait bien vite s'il ne faisait rien et on lui poserait encore des questions, à lui qui avait plutôt la réputation de ne pas hésiter à parler à quelqu'un pour en défendre un autre, surtout lorsqu'il s'agissait d'un membre de sa propre maison. Il grimaça à l'idée de devoir se disputer avec Sasha, juste pour un gamin qu'elle avait bousculé. Souvent, devant les autres, il l'esquivait. Évitant par la même occasion les disputes. Mais là, il ne pouvait plus vraiment faire demi-tour.

Viktor passa sa main autour de l'épaule du jeune gryffondor et l’entraîna avec lui à la rencontre de Sasha. Il se mordait la lèvre inférieur et se sentait déjà mal au vue de ce qui risquait de se passer. « Hé Burton ! » Il déglutit. Il haïssait, il maudissait, il détestait l'appeler ainsi. C'était trop arrogant, trop impersonnel pour lui et Sasha et pourtant.. Il ne lui laissa pas le temps de répliquer, il voulait en terminer rapidement avec cette dispute. « Tu pourrais t'excuser auprès de ce gamin s'il te plaît et faire un peu attention quand tu traverses un couloir ou c'est trop te demander ?! » Sa voix était pleine d'arrogance, il se tenait droit et fier comme à son habitude et pourtant ses yeux ne demandaient qu'à ce qu'elle le pardonne pour ce ton et ce qu'il lui disait. Il priait pour qu'elle réagisse bien mais quelque chose lui disait que ce ne serait pas le cas, d'autant que d'autre filles de serpentards s'étaient jointes à elle. Si elle ne répliquait pas, c'est à elle qu'iraient la masse de questions. Il sentait le gamin, collé contre lui ayant peur de ces filles. Vik se demanda si le pousser avait été tout ce qu'elles avaient fait. Il avait beau faire confiance à Sasha pour ça, il ne faisait pas confiance à toutes ses amies. Bien sur, il y avait des serpentards tout à fait respectables. La preuve, ses deux meilleurs amis étaient à Serpentard. Mais ce n'était pas le cas de tous et il savait de quoi ils étaient capables. Il avait suffisamment eu affaire à eux lorsqu'il s'agissait de défendre Gabe. Pour ça, il éprouvait une certaine rancœur à l'égard de nombreux vert et argent. Il fusilla ses amis du regard avant de replonger son regard dans les yeux bleus de Sasha.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou   Lun 9 Juil - 18:36

« Tu sais pas ce qu'il m'a dit ce salop ?! » « Non vas-y raconte ! » « Il m'a annoncé comme ça qu'il me quittait. T'imagine ?! Personne ne me quitte ! Personne ! De toute façon, il ne pourra jamais me remplacer. » Mes yeux papillonnaient encore de lourdeur. J'étais assise à la table des verts et argents, touillant mon café avec un désintérêt et une lassitude extrême. Comme tout les jours, une montagne de brioches, pains, et autres éléments du petit déjeuner s'entassaient sur les tables. A mon arrivée à Poudlard en première année, ma boulimie s'était diminuée petit à petit pour s'arrêter complètement quelques mois plus tard. Maintenant, avec tout le stress et la tension qui accompagne la septième année, j'étais retombé peu à peu dans le cercle vicieux. Et puis l'arrivée des nouveaux sorciers n'arrangeait pas vraiment les choses. J'étais continuellement tendue et me faire vomir était comme un médicament, un déstressant, appelez ça comme vous voudrez, il n'empêche qu'après je me sentais beaucoup mieux. Je mordis dans une brioche. J'entendis le morceau atterrir lourdement dans mon estomac vide. Je me forçais à la manger entièrement et à boire tout mon bol de café. Les piaillements des filles à côté de moi commençaient vraiment à m'agacer. Je fixais mon regard glacial sur elles et leur dit d'une voix cassante. « Bien sûr que si on peut te quitter Isa. Et tu n'es pas irremplaçable. Tu n'es qu'une blonde écervelée qui, je suis sûre, ne sais même pas ce que écervelée veut dire. Alors tais-toi. » Un sourire sans chaleur étira mes lèvres. Elle me jeta un regard noir et allait ouvrir de nouveau la bouche, mais je la coupais. « S'il te plait. » Elle referma sa bouche dans un claquement sec. Bien sûr que je ne lui demandais pas la permission. Ce "s'il te plait" se rapprochait plus d'un ordre qu'autre chose, et les Serpentardes autour de moi le savaient pertinemment. Je poussais un petit soupir de satisfaction qui fut bien vite terni car soudain, j'eus l'impression que je pesais des tonnes. Je me levais rapidement. Les filles me regardèrent curieuse mais ne me suivirent pas. Je n'avais pas à me justifier auprès d'elles de mes moindres faits et gestes. En me tournant, je vis Vik le regard fixer sur moi. Il m'adressa un rapide sourire que je lui rendis discrètement. Cela me rendait toujours aussi maussade de ne pas pouvoir lui parler librement, mais c'était plus simple. Viktor était parfaitement intégré à Poudlard, et même si son amitié avec Gabriel avait été beaucoup critiquée, il avait réussi à gagner la confiance des autres Gryffondors. Je doutais que notre amitié soit aussi bien accueillie. Je sortis de la grande salle à grand pas, tournant à droite dans un couloir. J'avais repérer les toilettes tout près. Je m'y dirigeais à grand pas, bousculant quelques personnes sur mon passage. J'étais désolée, mais je n'avais pas le temps de faire attention.

Je m'arrêtais enfin après avoir passé la porte des toilettes. Il n'y avait personne, une aubaine pour moi. J'avais déjà fait une belle boulette avec Loana qui m'avait entendu et était persuadée que j'étais enceinte, je ne voulais pas que cela se reproduise. Je m'enfermais dans un compartiment et me mis à genoux devant les toilettes. Je détestais le fait de devoir me mettre un doigt dans la gorge pour pouvoir vomir, mais une fois que ce fut fait, c'était comme si un poids s'était envolé de mes épaules, je me sentais plus légère. Je sortis et me stoppais devant la glace. J'étais pâle, comme à chaque fois que je me faisais vomir, mais à part ça, tout était parfait. J'époussetais ma jupe avant de sortir de la pièce. Dans le couloir, je vis mon groupe d'amis et j'allais les rejoindre. Rachel et Mischa n'étaient pas parmi elles, après tout, elles aussi avaient leurs vies. « Qu'est-ce que tu faisais ? » « J'étais au toilettes, j'ai le droit quand même où tu vas me poser des questions encore et encore ? La prochaine fois t'aura qu'à venir avec moi, me tenir ma culotte pendant que t'y es ! » « Avoue, c'est les nausées matinales... » Elle n'eut pas besoin d'en dire plus que je m'étais retournée et que je la fixais méchamment. « Au moins j'ai une vie sexuelle, moi. » Dis-je en la toisant de haut en bas. C'est alors que j'entendis une voix tellement familière que je la reconnaitrais au milieu de cris de gobelins m'appeler. « Hé Burton ! » Je me retournais lentement pour faire face à mon meilleur ami. Il avait passé son bras autour des épaules d'un première année de sa maison. Mais que ce passait-il bon sang ?! Je savais qu'on allait devoir se disputer. C'était inévitable dès que l'un adressait la parole à l'autre. Mon meilleur ami enchaîna rapidement. « Tu pourrais t'excuser auprès de ce gamin s'il te plaît et faire un peu attention quand tu traverses un couloir ou c'est trop te demander ?! » Non, je ne pouvais pas. On aurait été seuls, je l'aurais fait, je me serais excusée pour éviter ce simulacre, mais là, avec les filles qui ricanaient derrière moi je devais dire quelque chose. Les yeux de Viktor me fixaient et je compris qu'il ne voulait absolument pas tout cela. J'entendis Isa s'esclaffer. « Il a rêvé le Gryffon ! » Je lui fis un geste sec de la main et elle se tut. Je ne supportais pas que l'on s'en prenne à Vik et je n'allais pas la laisser faire tranquillement. Je fis glisser mes cheveux dans mon dos et lui répondit d'une voix hautaine et glacial. « Woolston ... Le jour où je ferais attention à un Gryffondor de premier année n'est pas encore arrivé et n'arrivera sûrement jamais. Ce gamin n'a qu'à pas rester planté en plein milieu du couloir alors qu'il y a de la circulation. » Mon visage était impassible, mais mes yeux n'étaient pas glacial comme à leurs habitude quand je me disputais avec quelqu'un. Non là, ils étaient restés normaux, ils s'étaient même adouci à la vue de mon meilleur ami. Nos yeux étaient le seul moyen d'être sûrs que l'autre ne voulait pas cette dispute. Tout notre corps lui était pris dans une mascarade. Je voulais en finir rapidement avec cette histoire pour peut-être pouvoir être seule avec Viktor après.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou   Ven 13 Juil - 16:27

Sasha s'était retournée, lentement et on devinait à son regard qu'elle savait ce qui allait se passer. Rien que l'appellation par son nom de famille laissait deviner pourquoi Viktor l'avait interpellé. Alors même que Sasha n'avait pas encore ouvert la bouche pour répliquer, une ridicule petite blonde releva le menton en ricanant. « Il a rêvé le Gryffon ! » Viktor la toisa de haut en bas et la reconnu immédiatement. Isaline. Il pouffa légèrement de rire, cela faisait des semaines qu'il entendait le petit ami de celle-ci se plaindre d'elle, il s’efforçait de lui faire comprendre qu'il ne voulait plus d'elle, de quelques façons que ce soit, mais elle continuait de s'accrocher et il avait fini par conclure qu'avec le cerveau qu'elle avait, elle ne comprendrait pas tant qu'il ne lui expliquerait pas clairement qu'il ne voulait plus d'elle. Il s'était alors décidé la veille à la planter. Enfin ! A en juger par la tête qu'il avait affiché ce matin au petit-déjeuner, il s'était allégé d'un lourd fardeau. Sasha la fit taire d'un geste de la main. Il reprit d'une voix encore plus froide à l'intention de la blonde avant même que Sasha ne réplique. « Depuis quand tu t'appelles Burton toi ? Si t'as pas remarqué, c'est pas à toi que je parle.. » Il jeta un œil à Sasha et reprit. « A moins qu'elle ne soit trop cruche pour se défendre elle-même.. même si j'ose espérer le contraire vu ta faible capacité à réfléchir. Tu devrais essayer de te taire de temps en temps, t'aurais peut être l'air plus intelligente, peut être.. c'est pas gagné dans ton cas... C'est peut être pour ça qu'il t'a largué.. tu parlais trop.. » fit il sans nommer l'ex de la jeune femme, de toute façon elle devinerait immédiatement de qui il voulait parler. Il jeta un œil par dessus l'épaule d'Isaline et un large sourire arrogant se dessina sur son visage. « Oh tiens ! Mais c'est pas lui que je vois là bas avec une autre fille ? Ah mais si, si c'est lui ! Le mieux qu'on puisse dire c'est qu'il n'a pas mis longtemps à te remplacer.. » Il sourit, un sourire froid, provocateur et fier. « En même temps quand je te vois ça ne m'étonne pas vraiment.. » C'est fou ce qu'il pouvait être méchant quand il le souhaitait mais cette fille ne récoltait que ce qu'elle semait. Il lui aurait suffit de fermer sa bouche et de laisser Sasha avec ses propres problèmes pour ne pas avoir à subir les sarcasmes du gryffondor. Elle avait mal choisi son moment en plus de ça, dans trois jours, la lune serait à son apogée et pleine, les nerfs de Viktor étaient bien plus sensible qu'à l'origine. Parler ainsi à Sasha l'énervait, la pleine lune l'énervait et cette pauvre cruche l'énervait d'autant plus. Là, il se défoulait, sur elle, elle n'avait pas dis grand chose mais cela lui avait suffit. C'était fou à quel point elle pouvait être idiote..
Il se tourna alors vers Sasha laissant la blonde bouche bée. Et alors qu'elle lui répondait d'une voix terriblement froide, il tentait de se raccrocher à la seule partie de son corps qui semblait ne pas le détester à cet instant, ses yeux. Il plongea son regard dans le sien, se préoccupant plus de la douceur qu'il lisait dans ses yeux que des paroles qu'elle lui lançait. Il pouffa de nouveau de rire en secouant la tête lorsqu'elle eu fini. « Évidemment,.. un gamin de première année.. Avec 6 ans de plus, tu ne l'aurais pas toucher d'un pouce avoues ? Non c'est tellement plus simple de s'en prendre au plus petit que soit. » Il resserra l'étreinte autour des épaules de l'enfant en le regardant brièvement. Celui-ci leva les yeux vers lui, il ne pleurait plus, la peur et les larmes avaient cédé la place à un fin sourire en coin, fier. Sous la protection de Viktor, il devait se sentir bien mieux. Viktor releva les yeux vers Sasha. « Oh et pour ton information, il n'était pas planté en plein milieu du couloir comme tu viens de le dire, il rejoignait sa salle de cours. Il t'aurait suffit de regarder autre part que le bout de ton nez pour le voir.. chose difficile, extrêmement difficile.. » Il soupira et haussa un sourcil. « Tu veux toujours pas t'excuser ? C'est pourtant pas compliqué.. ? » Viktor priait pour que Sasha finisse par s'excuser, ou qu'elle s'en aille, il ne savait pas.. mais au moins que cette dispute prenne fin. Ils se quitteraient pour se retrouver à un autre moment, seuls, rien que tous les deux. Sans le public autour pour témoin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou   Ven 20 Juil - 18:39

Viktor se tenait maintenant face à moi. Je l'observais attendant qu'il m'explique ce qu'il me voulait quand Isa ouvrit une nouvelle fois la bouche. Je me demandais pourquoi je l'autorisais encore à m'adresser la parole. Cette fille était d'une stupidité sans pareil, je comprenais très bien pourquoi son copain l'avait planté la veille. Alors que je la fis taire d'un geste de la main, Viktor répliqua d'une voix froide. Il balança ses quatre vérités à la Serpentarde. Je ne l'avais jamais vu autant remonté, et cela m'inquiétais un peu. Un sourire arrogant apparu sur son visage alors que ses yeux se fixaient quelque part plus loin dans le couloir. Je ne me retournais pas, ne voulant pas me mêler à ce clash, ce qui ne ferait qu'empirer les choses entre Viktor et moi. Je compris pourquoi il souriait ainsi quand il parla de l'ex petit ami d'Isaline qui se trouvait apparemment en charmante compagnie. Je me retins de rire, les verts et argents trouveraient sûrement ça étrange si je riais, mais voir mon meilleur ami se défouler comme ça sur cette fille avait de quoi être drôle. Il se tourna de nouveau vers moi, écoutant ce que je lui disais d'une voix froide. Ses yeux étaient plongés dans le bleu des miens, se raccrochant à la seule part de mon corps qui restait douce et chaleureuse envers lui. Il pouffa après que j'eus finis de lui expliquer que je ne ferais jamais attention à un première année de Gryffondor. Je ne voyais pas ce qu'il y avait de drôle, mais je ne relevais pas. Mieux valait tout faire pour éviter d'empirer les choses. Je jetais un coup d'oeil au gamin que mon meilleur ami tenait par les épaules. Ses larmes de tout à l'heure avaient laissées place à un petit sourire. Il devait être heureux d'avoir enfin réparation. Si seulement il savait ce qu'il nous faisait faire à Viktor et moi ! Je me focalisais de nouveau sur le jeune homme face à moi. Un large sourire arrogant éclaira mon visage. « Pour ta gouverne, qu'il est 11 ou 17 ans, ça ne change rien. Qu'est-ce que tu crois ? Que parce qu'il a mon âge je ne le toucherait pas ? Bien au contraire... » Les filles derrière moi éclatèrent de rire. Je ne voulais pas qu'elles se moquent de Viktor, mais là, je ne pouvais rien faire. Je levais les yeux au ciel dans une mise en scène presque théâtrale. Mais au fond, je me demandais surtout s'il pensait vraiment ça de moi, s'il me voyait vraiment comme une fille égocentrique et lâche. Mon coeur se serra. Pourquoi tout devait-il être si dur ? Je voulais mettre un terme à tout ça. Je m'approchais alors de lui, du côté ou le premier année ne se trouvait pas, et je lui tapotais la joue. « Hum... Non je ne veux pas m'excuser désolée. Ah non, je ne suis absolument pas désolée. » Je le dépassais et me retournais une dernière fois, les yeux emplis de regrets. « Ah et au fait ! Tu ferais bien de me prendre un peu d'égocentrisme puisqu'apparemment j'en ai trop, parce qu'il faut vraiment que tu t'occupes de tes affaires. » Je fis face au long couloir et adressait un petit signe de main en agitant les doigts exagérément en partant le plus vite que je pouvais sans qu'il n'est le temps de répondre. Puisque personne ne se douterait de rien, je fis un signe discret à Viktor avec ma main vers la fenêtre. Je voulais qu'il me retrouve dehors. J'avais envie de parler à mon meilleur ami, et pas simplement faire semblant de le haïr. Le groupe de fille de tout à l'heure s'empressa de me rejoindre en ricanant et en me criant des « Bien joué ! », « Comment tu l'a tué ! » et bien d'autres encore. Je ne commentais pas, ne voulant pas enfoncer le clou plus profond qu'il ne l'était déjà.

Je me stoppais au bout du couloir et me retournais enfin pour faire face aux vertes et argents. J'étais énervée de ma dispute récente avec Viktor et je comptais bien passer mes nerfs sur ces filles, surtout sur Isaline... « Vous allez me suivre comme des chiens encore longtemps ?! Enfin vous ça peu aller encore. » Dis-je en les désignant d'un mouvement de poignet. « Mais toi Isaline. Je vois même pas ce que tu fout encore ici. » Je continuais mon chemin et sorti du château, sans mes toutous cette fois. Toutes ces filles n'étaient rien pour moi. Je ne pouvais pas les qualifier d'amies, ni mêmes de groupies. Si elles restaient à mes côtés, s'était seulement parce qu'elles me craignaient. Je ne pouvais compter sur personne mis à part mes trois meilleurs amis. Les autres ne me connaissaient pas et ne voulaient pas me connaître. Tout ce qu'ils veulent s'est se moquer des autres. Je soufflais. Au moins, la solitude ne me trahirait jamais, elle. Il faisait beau aujourd'hui. De l’intérieur du château, je n'avais pas conscience qu'il faisait aussi chaud. Je relevais les manches de mon chemisier. Je trouvais enfin un arbre au soleil, je m'y approchais et m'asseyais contre son tronc. Laissant ma tête aller contre le bois, je fermais les yeux et laissais mon visage et mes jambes prendre le soleil. Je me détendais peu à peu, oubliant presque pourquoi j'étais venue là. Pour me sortir la précédente dispute de la tête en espérant que Viktor me rejoindrait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou   Mar 24 Juil - 22:07

« Pour ta gouverne, qu'il est 11 ou 17 ans, ça ne change rien. Qu'est-ce que tu crois ? Que parce qu'il a mon âge je ne le toucherait pas ? Bien au contraire... »

Les vertes et argents qui accompagnaient Sasha éclatèrent de rire. Pauvres filles.. Ce qu'elles pouvaient être ridicules à glousser à la moindre réplique de Sasha.. C'était à se demander si elles comprenaient ce qu'elle disait ou si c'était un automatisme. Comme si chaque fois que Sasha ouvrait la bouche, les mots « rire comme des idiotes » clignotaient devant leur yeux.. Pitoyables. Viktor s'étaient de nombreuses fois demandé comment Sasha arrivaient à trainer avec des filles comme elles, lui les aurait jeté depuis bien longtemps. Vaut mieux être seul que mal accompagné. En présence de ces filles, cette phrase prenait tout son sens. Viktor préféra les ignorer, à quoi bon s'occuper d'elles, elles ne valaient rien à ses yeux. Elles ne valaient même pas quelque chose aux yeux de Sasha..

« Bien sur ! J'oubliais que mademoiselle Burton n'avait peur de rien ni personne. Tu devrais faire attention, ça pourrait bien te perdre un jour.. Après que tu n'ai peur de personne, c'est cool pour toi, mais tu sais dans la vie, y'a le respect aussi. Tu sais cette chose que tu sembles ne pas connaître. C'est pas bien compliqué et ça n'a jamais tué personne.. »

Sasha s'approcha de lui et porta sa main à sa joue. Pas comme si elle allait le gifler, non elle ne ferait pas ça, pas juste pour paraître crédible devant les autres. L'espace d'un instant, Viktor cru qu'elle dirait à toutes ses amis qu'elles aillent se faire voir, il cru qu'elle lui caresserait la joue ou qu'elle y déposerait un baiser. Il aurait voulu qu'elle le fasse sans avoir à s'inquiéter des répercutions. Il suivit sa main dans son trajet vers sa joue sans dire un mot. Il en oublia presque, un bref instant, les gens autour d'eux. Puis la réalité s'interposa. Sasha tapota la joue du jeune homme, comme s'il était un chien. Un pauvre chien qu'on plaint parce qu'il a été abandonné par ses maîtres. Il la regarda, interdit, alors qu'elle le contournait pour partir lui lançant qu'elle ne voulait pas s'excuser. Il se retourna, la regardant partir. Elle se retourna une dernière fois. Lui prendre un peu d'égocentrisme ? Comme si son propre ego n'était pas assez gonflé comme ça.. Heureusement que c'était Sasha, heureusement qu'il la connaissait autrement qu'elle ne préférait se montrer, heureusement qu'il savait qu'elle ne pensait pas le moindre de ces mots. Du moins, il l'espérait, il l'espérait vraiment. Il secoua la tête comme pour chasser cette dispute de ses pensées. Impossible. Il sentait encore la main de Sasha sur sa joue. Elle lui fit signe en direction de la fenêtre. Elle voulait qu'il la rejoigne à l'extérieur. Ses pseudos amies ne mirent pas longtemps à la rejoindre, des vrais toutous. Elles gloussaient, encore et toujours et Viktor ne put réprimander un « Idiotes » lorsqu'elles passèrent à son niveau. Quelques unes se retournèrent et eurent le droit à un sublime regard noir. Énervé. Il resta là planté à regarder Sasha s'éloigner jusqu'à ce que la voix du gamin ne le sorte une nouvelle fois de ses pensées. « Bon bah... merci. J'espère qu'elles ne m'embêteront plus.. » On voyait toute la déception dans son regard. Si seulement cela n'avait pas été Sasha,.. cela ne se serait pas passé comme ça. Il aurait certainement eu gain de cause ou l'aurait au moins bien remis à sa place.. Là il ne pouvait pas. Il avait beau essayé, lorsque c'était Sasha devant lui, il n'arrivait pas à être réellement méchant. On avait vu la différence avec Isaline. La pauvre était repartie le visage haineux et décomposé. C'était sans doute la seule satisfaction pour le rouge et or. « T'en fais pas, j'y veillerais. » Il tapota l'épaule du gamin. « Aller files en cours, j'ai quelque chose d'important à faire avant moi. » L'enfant ne se fit pas prier plus longtemps, il hocha la tête et partit, courant presque. Viktor rebroussa chemin en direction de la sortie. Cette journée commençait mal.

Le soleil sur sa peau le détendit légèrement. La journée commençait mal mais il faisait beau, c'était toujours ça.. Il chercha Sasha des yeux et la trouva assise contre un arbre. Il s'approcha et pu voir qu'elle avait les yeux fermés. Elle semblait paisible, même après cette dispute elle semblait paisible.. Viktor souffla, lui n'arrivait pas à se calmer. Foutue pleine lune ! Arrivé à son niveau, il regarda aux alentours, quelques élèves rejoignait leurs cours mais la plupart ne prêtaient pas attention à ce qu'il se passait plus loin. Tant mieux. Il fallait juste prier pour que l'une des amies de Sasha n'aient pas par hasard envie de se pointer. Viktor se planta devant sa meilleure amies, se mordillant les lèvres. « Il va falloir que j'aille en cours Sasha. Je peux arriver un peu en retard mais pas trop. J'aurais qu'à dire que je ne me sentais pas bien ou quoi que ce soit d'autre.. je trouverais bien. » Ce qui ne serait pas faux pensa-t-il. Il s'assit à côté d'elle, contre l'arbre. « Je n'aime pas ça, je déteste ça.. » Il posa sa tête contre le tronc et leva les yeux au ciel. Un oiseau traversa les airs avant de faire une vrille. Il semblait heureux. « Désolé. » Il ne tourna pas la tête vers Sasha, au lieu de ça il suivit le tracé de l'oiseau dans les airs. C'était comme si, en regardant Sasha, la dispute continuerait. C'était stupide, la dispute ne pouvait pas continuer, si ? C'était comme si sa main reviendrait tapoter sa joue. Il se fichait éperdument des rires des autres serpentards. Il n'y avait que Sasha qui l'importait, elle et ce qu'elle avait dis et fait. Il avait beau se répéter qu'elle ne pensait pas ce qu'elle avait dis, c'était toujours le même refrain et chaque fois, la peur qu'elle soit sincère l'emplissait, l'empêchant de se détendre totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou   Dim 29 Juil - 15:29

Quand ma main se posa doucement sur sa joue pour la tapoter, il me regarda, choqué. Je dus me faire violence pour ne pas le prendre dans mes bras, le serrer, si fort qu'il me dirait que je l'étouffe, lui faire comprendre à quel point je tenais à lui, que toutes ces choses que je venais de dire, je ne les pensais pas. C'était comme si ma main lui avais fait encore plus mal que si je l'avais frappé, bien que je ne soit pas capable de le frapper juste pour la mise en scène. Je ne pouvais pas soutenir son regard, pas quand il me regardait de cette façon. Je m'esquivais, partant d'un pas rapide vers le parc. Je me débarrassais des Serpentardes avant de franchir la porte du hall. Je voulais juste qu'elles arrêtent de me suivre partout, qu'elles me laissent en paix. Quand enfin je passais les murs de Poudlard, la chaleur m'assaillit aussitôt. Au moins quelque chose de positif aujourd'hui. Je me posais contre le tronc d'un arbre, fermant les yeux et profitant du soleil en attendant que Viktor me rejoigne. Je tentais d'effacer cette dispute de mon esprit, mais elle n'arrêtait pas de repasser encore et encore en boucle dans ma tête, comme si quelqu'un tenait à ce que je m'en souvienne. A chaque fois que l'on faisait semblant de se disputer c'était pareil. Je n'arrivais pas à me sortir toutes les choses que j'avais dites ou faites sans me demander si j'avais blessé Vik, ou bien si lui pensait tout ces mots qu'il m'avait dit. En fait, je pensais beaucoup plus à la deuxième option. Il y avait des disputes pires que les autres, mais à chaque fois je ne pouvais m'empêcher de me demander si Viktor pensait vraiment ce qu'il me disait. J'avais beau me dire que non, qu'il me connaissait, j'avais beau espérer, de toute mon âme, je n'étais jamais totalement sûre. Et c'était ça qui me rongeait de l'intérieur, l'incertitude.

Soudain, à travers le rideau de mes paupières, je vis une silhouette se placer devant moi. J'ouvris lentement les yeux, éblouie par le soleil. La silhouette se découpait à contre jour juste en face de moi, noire. Je n'arrivais pas vraiment à lever les yeux à cause du soleil. C'est grâce à sa voix que je su qui se trouvais en face de moi. Viktor. Il me prévient qu'il fallait qu'il aille en cours. Je le savais qu'il ne pourrait pas rester longtemps. J’acquiesçais. Le voir un peu, c'était toujours mieux que de ne pas le voir. Il finit par s'asseoir à côté de moi. « Je n'aime pas ça, je déteste ça.. » Je soupirais, moi non plus je n'aimais pas ça. Je tournais la tête vers lui. Il avait appuyé sa tête contre le tronc, comme moi il y a quelques instants. Il s'excusa tout en regardant un oiseau passer dans le ciel. Je déglutis péniblement et lui dit d'une voix faible. « Ne t'excuses pas ... s'il te plait... » Je détournais la tête, fixant les brins d'herbes avec insistance, comme si ils étaient remplis de mystère, de choses intéressantes, comme si ils avaient une vie meilleure à nous proposer. Entendre ces excuses faisait mal, j'avais l'impression qu'il allait simplement partir, me laisser là avec mes doutes. Je soufflais une énième fois pour tenter de calmer mes inquiétudes. J'étais sûre qu'il pensait à la dispute de tout à l'heure, à ce que j'avais dit. Je ne voulais pas qu'il s'inquiète car je ne pensais pas un seul mot de ce que je lui avais dit, mais lui n'en était pas persuadé. Je refis face à Viktor. Ma main vint se poser sur son bras avant de descendre lentement vers la sienne. Je pris sa main dans la mienne et les regardais ainsi l'une dans l'autre. On était fort, on pouvait surmonter ça. Je murmurais comme pour le rassurer « Tu sais bien que je ne pensais rien de ce que je t'ai dis. » Notre relation n'avait jamais été si compliquée. Enfants, c'était tellement simple. On s'amusait ensemble, on rigolait, on faisait des bêtises, je ne me souviens même pas que l'on se soit déjà disputés. Puis je suis entrée à Poudlard. Nous nous écrivions, mais ce n'était plus comme avant, quand on se voyait tout les jours. Je revenais pour les vacances, je le voyais changer bien plus que si j'avais été près de lui. Et maintenant qu'il est à Poudlard, je ne sais plus. En fait, ça faisait quelques temps déjà que je ne savais plus. La seule chose dont je suis sûre, c'est qu'il peut compter sur moi et que jamais je ne serais capable de lui faire du mal. Je laissais ma tête aller une nouvelle fois contre le tronc mais cette fois je regardais droit devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parfois, je me demande si c'est vraiment ça, la simplicité.. ♦ Sashou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La perfection n'existe pas sur terre. Parfois je me demande d'où je viens
» Lullaby ♥ Parfois, je me demande si ce n'était pas une erreur
» Les monstres existent, et les fantômes aussi. Ils vivent à l'intérieur de nous, et parfois... ils gagnent.
» "Parfois, la personne dont tu as vraiment besoin est la dernière à laquelle tu aurais pensée"
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
“ FIZWIZBIZ „ Ϟ and you jerk it out. :: party rock in hogwarts :: poudlard : intérieur :: rez-de-chaussée-