Partagez | 
 

 Wolfgang Télio Falcone - Hang it up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Wolfgang Télio Falcone
Wolfgang Télio Falcone
plongeur au Chaudron Baveur
Messages : 17
Date d'inscription : 01/06/2012
Célébrité : jonathan kroppmann
Origine : Sang moldu, sorcier depuis peu

MessageSujet: Wolfgang Télio Falcone - Hang it up    Sam 2 Juin - 2:36


feat ϟ jonathan kroppmann
Wolfgang Télio

Falcone


“ citation. „

nom prénoms: Wolfgang Télio Falcone âge: 21 ans anniversaire: 3 février 1991 origines: franco-italien orientation sexuelle: bisexuel profession ou année d'études: plongeur au chaudron baveur sorcier/ancien moldu/créature: ancien moldu nature du sang: ancien moldu possède une baguette: illégale épouvantard: barreaux d'une prison.


ϟ show me some magic !
Je reste la, dans les airs. Entre le ciel et la terre. C’est une sensation agréable. Je ne sais pas pourquoi je rêve de ce vide, calme olympien qui m’habite à présent. Je suis loin, loin de tout, des tumultes de la vie quotidienne. Je suis loin, je suis bien. Je chute, je chute. Par Merlin mais … oww. Je bouge des bras. Je sens mon corps se stabiliser, le vent siffle dans mes oreilles, mon regard se fait plus précis, vif. Je sais ou je veux aller. Le ciel est dégagé. Un oiseau. Je rêve d’en être un. Un oiseau est libre, n’est pas domestique, ne se retrouve pas enfermé entre quatre murs pour vol parce qu’il avait faim. Un oiseau vole là ou ça lui plait. Il se pose, repart et recommence ainsi à l’infini. C’est le pied. Vraiment. C’est l’éclate la plus totale de ressentir cette vitesse, ce vent, la chaleur du soleil. Mais le sol se rapproche. Non, non. Je ne veux pas. Laissez-moi-moi. Putain mais laissez moi redescendre. J’étais bien là-haut. J’y étais bien. Tellement bien.
Le sol, la terre sous mes pieds nus. Les cailloux se calle sous ma peau mais je ne ressent rien. Je regrette le ciel, la sensation de liberté grisante qui m’avait prise. J’ai l’impression de ne plus être là. D’être ailleurs. Quatre murs et un toit. C’est vrai. Le ciel, la sensation de liberté, le vent. C’est bien beau. Mais j’suis pas un oiseau. C’est qu’un rêve. Cette sensation perdue, j’aimerais tant la retrouver. Se sentir libre. Ne plus penser à rien d’autre qu’à soi-même. Ça peut pas te faire du mal. Réfléchis-y. Demain, il sera peut-être trop tard.


ϟ can i get on your magic bus ?


once upon a time

C’est quoi l’problème ?J’sais pas. J’en sais rien. C’était là et puis ça l’était plus. Savez, l’genre de truc qu’on n’arrive pas à s’expliquer même si on essaye vraiment. Mais vraiment tu saisis ? Nan, tu saisis pas hein ? Pas grave, c’est compliqué. Non c’est la merde depuis un moment mais qu’est-ce que ça va changer à ma vie hein ? J’te l’demande. T’es pas mon pote, ça changera rien. Magie ? De la magie ? Non mais t’as vidé combien de bouteilles depuis ce matin ? C’est pas un film, t’entends. La magie c’est bien un truc inventé pour les gosses et leurs histoires pour dormir.Ca sert à quoi vraiment de leur inventer que le Père Noël est là alors qu’à la fin, t’es tout déçu parce que le Père Noel c’est ton porc de père qui oublie Noël une fois sur deux parce qu’il a trop forcé sur la bouteille et qu’il en a marre de te voir tous les jours de ta putain de vie. C’est … c’est même pas injuste parce que j’ai rien demandé. J’allais pas leur dire de pas oublier de prendre une capote au moment de l’acte si ? Gosh, c’est gerbant rien que d’y penser. Mon père, ma mère. Je les vois plus et je m’en porte bien. J’suis fils unique. Etrange hein. J’aurais p’etre mieux vécu si j’avais eu un frère une sœur pour me défouler mais non. Non. Et encore heureux. Des gens comme ça vaut mieux qu’ils n’aient pas de gosses. Pauvre gamins. C’est pas supportable pour un gosse. Enfin si ça l’est.Ca nous rend plus fort ou pas. Je sais pas. Mais au bout d’un moment, t’as qu’une envie c’est de tout leur balancer à la gueule. C’est ce que j’ai fait. J’le regrette pas. Le regret ça sert à rien. Quand tu fais, c’ est que t’as réfléchis, tu sais ce que tu vas faire au moment même ou tu le fais. Le regret c’est que dalle. Tu vis au jour le jour mec ou tu vis pas.

Qu'est-ce que tu veux que j'te dise ? Que j'te raconte ma jeunesse, mon séjour en taule, ce que je sais sur .... ouais la magie, ça s'en est une bonne. Y'a un an, j'aurais ris au nez à la personne qui m'en aurais parlé. Magie. Laissez-moi rire. La bonne blague. Pourtant elle et là. Et vous savez quoi ? Quand la table de mon avocat a valsé de l'autre côté de la pièce parce que j'étais énervé, sans même que je ne la balance de mes mains, j'ai flippé. Ouais. Carrément. J'ai flippé et j'me suis taillé. J'me suis taillé et j'ai suivis les rumeurs qui m'ont amené ici, à Pré-au-Lard. J'vais trop vite ? Comment ? Tu veux l'intro, le début, le dénouement et la fin de l'histoire ? Tu veux la jouer comme ça ? Comme tu veux mec, mais ça va être long, pas toujours drôle mais qu'est-ce que tu t'en fous hein. Remarque, j'm'en tape aussi. Alors si tu veux ... et bien j'vais commencer par le début. Parce que y'a toujours un début à tout. Un papa, une maman. Des parents aimants et heureux d'avoir un petit garçon comme premier gamin. Happy End.

Ca l'fais pas vraiment hein ? J'te l'accorde. Ca c'est pas vraiment passé comme ça. J'suis pas d'ici. J'ai pas toujours vécu en Angleterre. Travailler dans un bar c'était p'etre pas ma passion en Italie mais parfois la vie fait que les envies de gamin on les oublie bien vite. J'suis né en Italie. Un pays chaud avec le soleil, la plage. Un pays idyllique avec des gens toujours de bonne humeur qui bouffent des pâtes à longueur de journée en se reposant au soleil pour faire une petite sieste. Ouais, j'te fais le cliché de l'italien basique mais après tout c'est ce qu'étaient mon père et ma mère. L'Italie j'm'en souviens presque pas. J'sais pas pourquoi mes parents sont partis de leur pays d'origine pour aller se planquer en France. Je sais pas d'ailleurs en parlant d'eux. J'ai coupé les ponts et j'veux plus jamais les revoir. N'empêche que... voilà. J'ai vécu toute mon enfance et mon adolescence en France avec un père et une mère qui ne se sont jamais vraiment occupés de moi. Oh je ne leur en veux pas. C'est plutôt l'inverse. Si mon père n'avait pas été un flic véreux coincé derrière sa télé avec une bière en main tous les soirs, si ma mère n'avait pas baissé la tête devant ce putain d'enfoiré pour me balancer les obscénités par la suite la gueule, j'serais pas parti. J'serais p'être resté dans leur pattes jusqu'à la fin. Ils n'en avaient rien à foutre de ma gueule. C'était réciproque. Résultat, j'me suis cassé. J'ai traîné dans la rue a trouver des p'ti boulots. Mais c'est vrai. J'zappe toute la partie intéressante de l'adolescence. Vous savez, l'adolescence c'est chiant. La seule pensée positive a été que j'ai découvert mon attirance pour les mecs quand Nathalie s'en est tapé un autre que moi. Joyeux hein ? Elle était jolie pourtant et on s'entendait bien. Mais la encore j'ai été la risée du collège. J'crois que c'est à partir de là que j'ai vraiment pensé à tout plaquer pour vivre ma propre vie. Puisque l'on ne voulait pas de moi et bien j'allais les laisser, fuir sans jamais me retourner.

La magie. Tu veux savoir pourquoi je l'ai ? Tout simple. Ca merde dans tous les Ministères. Moldu comme sorcier. J'me suis renseigné, j'en connais un peu plus sur votre montre. J'ai eu du mal hein. C'est pas évident de se retrouver comme un con avec de la magie dans les veine qu'on peut pas contrôler. Et puis c'est pas comme si j'pouvais aller dans cette école ni même si j'en avais envie. J'ai pas la trouille. Pas vraiment. C'est plutôt cool. Quand t'es incontrôlable, t'es menaçant. C'est plutôt les autres que tu fais flipper plutôt que tu toi-même. J'disais donc. Ouais, d'un coup, comme ça, du jour au lendemain, j'me suis retrouvé avec la magie. Quelques jours avant Noël, avec mon colloc du moment, on a reçu un paquet. J'sais pas. Sur le coup t'sais j'ai pensé que c'était le voisin qui nous faisait une fleur d'être moins emmerdeur que d'habitude. La magie de Noël ça existe peut-être... après réflexion. C'était pas vraiment la magie ... enfin si de la magie mais pas celle de Noël.

Pour le moment j'attends. Je bosse ... un peu mais j'écoute beaucoup aussi. Les avis sont différents. Certains s'insurgent contre cette farce de mauvais goût. J'contrôle pas ma magie mais ceux-là, j'ai envie de leur casser la figure. J'aime bien cette idée. Si ça peut en empêcher certains de vouloir dominer le monde des moldus c'est tant mieux.Ca touche que Londres. J'imagine même pas si l'idée se répand dans le reste du monde. Quel beau merdier. La baguette ? Ah oui. En fait ... j'avais pas assez d'sous pour en prendre une chez le marchand. J'ai oublié son nom, j'ai pas une grande mémoire tu sais. Ca a jamais été mon fort. Du coup, comme trainer dans les ruelles c'est un peu mon second boulot. J'ai trainé. Et puis s'avère qu'il y a un troc de baguette là aussi. Du coup c'est pas vraiment la mienne. P'être que j'en achèterais une un jour mais j'ai pas envie d'en acheter une pour voir que la magie aura disparut dans six mois tu saisis ? Du coup, pour le moment, j'la cache un peu. Sous mon lit. De toute façon, c'est pas comme si je savais l'utiliser. Parfois certains trucs arrivent comme ... bah oui comme par magie ... mais c'est tout. J'suis pas du style à demander de l'aide. J'ai toujours su me débrouiller seul. Du coup, au bar ... j'pense qu'ils me savent maintenant sorciers et que s'est nouveau pour moi. Certains m'abordent mais j'veux pas de leur aide. J'irais m'acheter un bouquin pour le lire et voir, tester, essayer et puis on verra.