Partagez | 
 

 Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)   Mar 15 Mai - 17:41


La vie paraît moins dure lorsqu’on est jamais seul dans sa tête. Elias n’était jamais seul dans sa tête. Hormis son imagination débordante, chaque fois que la solitude semblait vouloir s’emparer de lui, sa jumelle défunte lui apparaissait et venait lui faire la conversation comme l’aurait fait une personne en chair et en os. C’était sa façon à lui de gérer le vide qu’elle avait laissé en s’en allant à l’âge de 16 ans. La frustration de ne pas pouvoir la prendre dans ses bras ou même lui prendre la main persistait, mais au moins, il pouvait lui parler comme il se parlerait à lui-même, racontant ses anecdotes, sa journées, ses peines et ses joies, ses craintes et ses réussites. Il se montrait toujours très prudent avec cet aspect de sa personnalité. Il ne faudrait pas que quelqu’un l’entende parler seul. Il lui arrivait carrément de rire aux éclats avec sa jumelle, seul dans son loft. Fou ? Peut-être. Mais il n’avait pas trouvé mieux pour palier à sa perte.
La journée avait été sympathique, comme la plupart de ses journées à Poudlard. Il y était professeur depuis maintenant 5 ans et ne regrettait pas du tout d’avoir postuler pour le poste de professeur d’astronomie et de directeur de la maison des Serdaigles. C’était une évidence maintenant, Poudlard était l’un des rares lieux où il se sentait à sa place. En ce lieu, la gamine de 16 ans qui lui apparaissait parfois avait elle-aussi l’air l’avoir sa place. C’était rassurant. Il avait eu les sixièmes et septièmes années le matin puis les premières et deuxièmes années l’après-midi. C’était l’avantage d’enseigner une des matières élémentaires obligatoires, il voyait de tous les âges et devait s’adapter. Il ne pouvait pas s’adresser aux plus jeunes comme il s’adressait aux plus âgés et vice versa. D’autant plus que ceux qui se trouvait actuellement parmi les plus âgé de l’école, il les avait pour la plupart connu tout jeune. Ceux là avaient appris à le connaître et avaient pris leurs aises dans son cours, ce qui n’était pas pour lui déplaire. Il aimait assez se faire chambrer par moment par un élève un peu plus arrogant que les autres. Tant qu’il restait du respect dans les deux sens, chacun pouvait se permettre un peu de familiarité. Il y avait bien entendu des limites à tout. Il devait conserver son statut de professeur et eux celui d’élèves si il voulait que le cour se déroule de façon convenable. Ils étaient tout de même là pour apprendre avant tout. Mais il s’était fait à l’idée que l’astronomie ne soit pas la matière préféré ede la plupart des élèves. C’était indéniable, beaucoup venait en parfait touriste, pour faire acte de présence. Il soupçonnait même quelques filles de venir seulement pour le voir, se contre balançant de son cours. C’était flatteur quoi qu’un peu dérangeant parfois.

C’était notamment le cas avec une élève qu’il avait eu en cours le matin. Une jolie blonde de 6ème année avait pris la fâcheuse habitude de lui faire des allusions voire carrément des propositions plutôt indécentes. La plupart du temps, il ne relevait pas, faisant mine d’être complètement passé à côté du double sens des mots de la jeune fille. Mais parfois, il ne pouvait pas faire autrement que de lui rappelait qu’il était son professeur et que cela imposait un certain nombre de règles. Elle ne semblait pas voir cela du même œil, l’aguichant sans ambages chaque fois qu’ils se croisaient à l’abri des regards. C’est en y repensant qu’il fit son entré à la Tête de Sanglier. Il venait souvent boire un verre en sortant des cours avant de rentrer chez lui. Il commanda un whisky pur feu, saluant le barman et s’installant au comptoir.
« Tu souris… »
Elias se tourna sur sa droite, surpris. Rachelle était là avec un léger sourire taquin sur le visage. Il secoua légèrement la tête fixant de nouveau son verre.
« Oh si tu souris... et j’aimerais bien savoir ce qui te fait sourire ? » insista sa sœur invisible aux autres clients présents. « Une élève me fait… du rentre dedans à l’école. » fit-il avant de lever son verre à ses lèvres.
« Comment ? » Fit le barman interloqué. Elias écarquilla les yeux et grimaça légèrement. « Euh.. rien, je disais qu’il fallait que je mange en rentrant. » se reprit Elias. Il n’avait pas trouvé mieux, mais ça avait l’air de suffire au barman qui reprit son service.
Le rire de sa jumelle éclata à ses côtés et il ne put réprimer un léger sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
C. Peeta Selwyn-Bennett
delegate ϟ modératrice
delegate ϟ modératrice
Messages : 226
Date d'inscription : 10/05/2012
Célébrité : Dianna Agron
Origine : Sang mêlé
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)   Dim 20 Mai - 13:57


    Je n’ai jamais vraiment désiré quelque chose que je n’ai pas fini par avoir, j’ignore pourquoi mais depuis ma plus tendre enfance j’ai toujours été gâté pourri. Et par la suite je me suis toujours plus ou moins battu pour avoir ce que je voulais, je n’ai jamais été déçu, la déception est pour moi une chose si étrangère. Ce matin, la lumière était douce, elle filtrait par les fenêtres du dortoir de la tour gryffondor et enveloppé la chambre d’un doux halo lumineux. Emergeant doucement d’un sommeil plus agité que réparateur je me dirigeai sans vraiment faire attention vers la salle de bain pour prendre une bonne douche. Mes yeux finirent par s’ouvrir sur le bordel considérable de notre chambre de 5 gryffondors. J’eus un sourire, j’avais toujours été très bordélique. J’attrapai sans vraiment faire attention un jeans et un tee-shirt à bretelle beige pour descendre prendre mon petit déjeuné. C’est ainsi que mon sac sur l’épaule après avoir engloutit deux bon croissant et mon jus de citrouille, je me suis rendu à mon cours d’astronomie. Je m’assis en plein milieu de la salle, bien en face du bureau ou allez quelques minutes plus tard s’asseoir Monsieur Stark. J’eu un sourire en voyant le charmant professeur d’astronomie faire son entrée sous le gloussement de certaines élèves de mon année. Je passais ma main dans mes cheveux lorsque son regard se posa sur moi. Ma bretelle glissa lentement alors qu’il se promenait dans les rangs pour ramasser nos devoirs et mon sourire lui tira un sourire aussi outré que séduit. Le cours se termina et passant assez près de lui je frôlai lentement son bureau rependant mon doux parfum sucré. Je n’avais jamais compris pourquoi mais je désirais monsieur Stark depuis qu’il avait pénétré dans la salle de cours et que tous les regards s’étaient tournés vers lui. J’avais décidé sans vraiment me poser de question que cet homme finirait dans mes bras. Biensûr la déontologie l’en empêché, mais le règlement n’était pour moi présent uniquement pour pouvoir le braver. La journée se passa sans accroche, gardant une douce pensée pour Elias, légère comme un oiseau j’avais décidé de faire un tour à pré-au-lard avec quelques amies le soir même. Un peu d’alcool, des amis, de la musique quoi de mieux ? Lorsque le diner fût fini, j’enfilai une robe en dentelle blanche qui épousait parfaitement les formes de mon corps. Lorsque je rejoignis les autres pour partir, je ne pu m’empêcher de remarquer le regard que Franky posa sur moi, apparemment j’étais jolie. Je déposai un baisé sur chacune de ses joues et la prenant par le bras nous partions toutes en groupes vers le village. Nous entrions d’abord aux trois balais. Très vite l’alcool monta, verre après verre les langues se délièrent et les êtres se rapprochèrent, je restai à l’écart observant doucement les autres. J’aimais beaucoup ça, les relations humaines étaient si compliquées, si dur à cerné. Franky finit par m’emmener danser. Les heures passaient lentement et il allait être l’heure de rentrer. Nous prenions alors le chemin pour repartir au château quand je me rendis compte que j’avais laissé mon sac près du bar. J’embrassai Franky sur le front et lui souhaitais bonne nuit avant de repartir en sens inverse. La serveuse des trois balais me tendit mon sac avec un sourire et je pu repartir.
    Le froid m’engourdissait peu à peu les membres, j’aurais sans aucun doute du prendre une veste mais je n’y avais pas pensé. Sans savoir pourquoi je rentrai à la tête de sanglier me réchauffer un peu. Mes yeux ne mirent alors qu’une seconde à reconnaitre l’homme au bar. Un sourire s’afficha sur mon visage, je passai ma main dans mes cheveux, ouvrait un peu plus mon décolleté et m’avançais vers l’objet de mes désirs. « Un whisky pur feu s’il vous plait ! » Sans tourner le regard vers l’homme à mes côtés j’enchainais à son attention. « Je ne m’attendais pas à croisé un professeur aussi charmant à la tête de sanglier, peut-être qu’avec un taux assez élevé d’alcoolémie j’aurais ma chance .. » Je souris malgré moi.

_________________

Cadence Peeta Selwyn-Bennett
Are you alive ?. Je sais que toutes les filles se sont trouvées affreuses, en se réveillant ce matin, et que toutes attendent un coup de fil qu’on ne leur passera jamais...

➺ crédit fantaisiie


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)   Lun 21 Mai - 11:50

Le barman avait bien failli le prendre pour un fou allié. Il était là assis seul au comptoir, avec pour voisin, un tabouret vide et il venait de discuter avec ce fameux tabouret délaissé. Il ne s’était pas montré des plus prudent. En même temps, lorsqu’il y réfléchissait, il s’en moquait un peu qu’on le prenne pour un type qui parle tout seul. Il n’aurait qu’à se faire passer pour quelqu’un qui se parle à lui-même et le tour était joué. C’était en quelque sorte ce qu’il venait de faire et le barman n’en semblait pas plus choqué que cela. Rachelle était explosée de rire à ses côtés. Elle l’avait mis dans une situation délicate et même si elle trouvait qu’il s’en était plutôt pas mal sorti, elle trouvait la situation hilarante. « Tu aurais vu ta tronche quand le barman t’a interpellé ! Mais bon tu as réagi rapidement, pas mal Hélas » Elias sourit de plus belle en fixant le fond de son verre. S’ils avaient été seuls, il lui aurait fait remarquer que son prénom était « Elias » mais c’était presque rassurant que de l’entendre le taquiner avec ça encore. Ca ne la rendait que plus vivante. C’était une marque de fabrique de Rachelle. Elle l’appelait Hélas lorsqu’elle était d’humeur à rire et Elias lorsque l’heure était au sérieux, voire au grave. Elias porta son verre à ses lèvres et le termina d’une traite, non sans garder ce petit sourire amusé de la présence de sa jumelle défunte. Une voix familière vint briser le silence qui s’était installé, tandis qu’Elias se demandait encore s’il recommandait ou non, un verre. Il tourna la tête sur sa droite et reconnu immédiatement la jeune femme qui s’y trouvait de profil. Il fixa son visage un court instant puis malgré qu’il soit le plus grand gentleman du monde, son regard se perdit sur la tenu élégante mais aguicheuse de la blonde. La voix de Rachelle se fit entendre de l’autre côté.
« Oula bon courage… Elle m’a tout l’air d’être déterminée et je sais de quoi je parle. Elle est canon, tu devrais peut-être oublier que c’est ton élève pour ce soir. » Venait de lâcher Rachelle avant d’adresser un sourire à son jumeau et de s’éloigner. Elias la suivit un instant du regard, par dessus son épaule gauche puis revint planter son regard dans son verre à présent vide.
Il tourna la tête vers Peeta qui ne le regardait pas tandis qu’elle venait de lui asséner une réplique mordante. Il sourit légèrement et offrit son verre au barman pour qu’il lui en resserve un.

« Je ne suis pas sûr que tu veuilles avoir ta chance grâce à un état d’ébriété avancé. Ce serait peu flatteur. » Répondit Elias tout en se tournant clairement vers la jeune fille.
Elle était très attirante, ça n’était un secret pour personne, même pas pour elle. En de toutes autres circonstances, il n’aurait pas hésité une seconde à lui faire des avances ou répondre positivement aux siennes. Mais elle était son élève et il avait un certain nombre de responsabilités inhérentes à son statut de professeur à Poudlard.
« Comment une jolie jeune femme, encore élève, se retrouve à l’extérieur du château, à une heure plutôt avancée et dans une tenue… Plutôt légère pour le temps qu’il fait ? Tu ne devrais pas avoir rejoins les dortoirs des Gryffondors ? »
Le barman leur apporta leurs deux whiskies purs feu et Elias posa sa main autour de son verre, sans quitter Peeta du regard. Est-ce que cette situation l’amusait ? Peut-être bien. C’était toujours chose plaisante que de se sentir séduisant, courtisé. Personne ne dirait le contraire. L’Homme avait sans cesse besoin de plaire, sinon il ne ferait pas tous ces efforts pour rentrer dans la norme. Elias par exemple, n’arborerait surement pas des cheveux magnifiquement entretenus, une barbe naissante saillant parfaitement à sa mâchoire, il ne prendrait pas soin de s’habiller correctement. Et bien que gâté par la nature au départ, l’homme pourrait bien s’en trouvait beaucoup moins séduisant. Il en était de même pour Peeta. A en croire son allure, elle prenait clairement soin d’elle et de son image. Elle aussi aimait-elle plaire. Comme tous le monde. Et elle plaisait, c’était là une évidence. Elle faisait preuve d'une grande assurance pour une fille de son âge et elle n'avait pas froid aux yeux. Cela non plus ne trompait pas. Elle ne cachait que très peu les avances qu'elle faisait à Elias, semblant assumer pleinement ses envies interdites. L'assurance, l'arrogance même avait quelque chose d'attirant également. Elias le savait pertinemment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
C. Peeta Selwyn-Bennett
delegate ϟ modératrice
delegate ϟ modératrice
Messages : 226
Date d'inscription : 10/05/2012
Célébrité : Dianna Agron
Origine : Sang mêlé
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)   Sam 9 Juin - 18:52



    « Je ne suis pas sûr que tu veuilles avoir ta chance grâce à un état d’ébriété avancé. Ce serait peu flatteur. » Un sourire s’afficha sur mon visage d’ange blond. Mes yeux croisèrent alors le regard du professeur qui tourna ses iris vers les miennes. Dieu qu’il était séduisant, brun, des yeux à damnée un saint et cet air à la fois moqueur et sérieux. Je ne pu m’empêcher de laisser mes yeux se balader mine de rien sur les épaules carrée de Mister Stark et descendre vers son pantalon. Un sourire narquois se déposa alors sur mon visage à sa deuxième réplique. « Comment une jolie jeune femme, encore élève, se retrouve à l’extérieur du château, à une heure plutôt avancée et dans une tenue… Plutôt légère pour le temps qu’il fait ? Tu ne devrais pas avoir rejoins les dortoirs des Gryffondors ? » Mes yeux se replongèrent dans ceux de mon professeur, en me mordillant la lèvre inférieur je ne pu m’empêcher de me demander ce que je faisais encore ici à la tête de sanglier. Un rapide coup d’œil aux alentour me fit remarquer que j’étais avec Elias le sujet d’attention de la plupart des alcoolique présent, ou uniquement moi je n’en savais rien. Mais lorsque le regard d’une femme assise plus loin dans la salle croisa le mien je compris que j’avais quelque peu dérangé ces projets. Je ne pu retenir un sourire narquois vers la femme avant de me retourner vers Monsieur Stark. « Et bien, disons que sur le chemin de mon dortoir je me suis quelque peu perdu et que malencontreusement j’ai perdu ma veste… » J’eus un sourire presque sincère mais joueur. Il du le remarquer, je savais pertinemment que seul le fait qu’il soit mon professeur l’empêché de me sauter littéralement dessus, j’avais toujours eu le chic pour déceler dans le regard des hommes le désir. Et ce que je lisais dans le sien n’était qu’un désir profond presque intenable. Mon sourire s’élargit, je pris une gorgée de whisky pur feu qui me brula avec délectation la gorge. Je jubilais. Ma voix s’éleva à nouveau mon regard de nouveau tourné vers le professeur. « Mais par chance je suis tombé sur vous … » Mes yeux se posèrent sur ses bras et je ne pu m’empêcher de rajouter. « Et puis si j’ai froid je n’aurai cas me blottir dans vos bras … » Je ris, un rire enfantin, faire des avance à un professeur de Poudlard avait quelque chose d’excitant, de jouissif. Je n’avais jamais désiré un professeur mais comment ne pas désirer Elias ? Toutes les filles de Poudlard en avait après lui, et moi je n’étais pas qu’une pâle copie des autres quand je voulais quelque chose je l’obtenais. Après tout les choses que je désirai été rare. Et puis il y avait quelque chose d’éphémère à désirer un professeur, pas d’attache, pas de crise de jalousie, rien que la passion brûlante de son corps contre le mien.

    J’allai ouvrir la bouche lorsque qu’une voix m’interrompit. « Mademoiselle puis-je vous offrir un verre ? » Je jetai un coup d’œil derrière moi la femme n’y était plus. Mais à peine avais-je posé mon regard sur le jeune homme pitoyable qui venait de parler qu’une voix féminine s’éleva de l’autre côté. Un sourire amusé se posa sur mon visage, je voyais les galions rendre la poche du jeune homme saoule face à moi. « Excusez moi jeune homme je ne suis pas intéressé ! » Un sourire désolé se posa sur mon visage et le jeune homme ne demanda pas son reste il avait remplie la mission donné par la jeune femme. J’avalai mon whisky pur feu écoutant d’une oreille les stupidités que sortait la brune qui s’adressait à mon professeur. Je commandai un autre whisky et lorsqu’on me le servit je fis enfin volte-face en direction d’Elias. La jeune femme grimpait carrément sur celui-ci et mon sang ne fit qu’un tour. Mon whisky termina ainsi sa course dans les cheveux de la brune qui hurlant se rua sur moi. Mon poing parti tout seule, je ne m’étais jamais battu mais mon cousin m’avait appris quelques coups. La jeune femme hurla le nez en sang et parti en direction des toilettes. Je souris et attrapai la main d’Elias. « Et si nous allions au frais que j’ai une raison d’être réchauffé ? »

_________________

Cadence Peeta Selwyn-Bennett
Are you alive ?. Je sais que toutes les filles se sont trouvées affreuses, en se réveillant ce matin, et que toutes attendent un coup de fil qu’on ne leur passera jamais...

➺ crédit fantaisiie


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)   Mer 13 Juin - 14:43

Etre avec Peeta c’était à la fois très plaisant, comme se sentir attirant, mais aussi terriblement gênant. Il ne manqua rien de l’itinéraire du regard de la jeune femme sur son corps et autant dire qu’il ne put réprimer un léger sourire. Il se mordit la lèvre inférieure pour le faire disparaître. Le regard de Peeta s’était égaré sur son corps et sur un endroit plutôt significatif de sa volonté. Il se sentit tel un objet, un truc dont elle voulait se servir, un caprice à assouvir. Il n’ôta pas son regard de celui de la jeune femme cependant, attendant la réponse à sa question. Il pensa un instant à son ami Déclan, le directeur de la maison des Gryffondors. Que penserait-il de savoir ses élèves hors de Poudlard à une telle heure et dans un bar aussi peu fréquentable ? Il repensa alors un instant à la façon dont s’était terminée sa dernière soirée avec l’ancien auror, entre hommes, et un petit sourire amusé naquit sur le visage d’Elias. Ivre mort. C’était la dernière fois qu’il avait été complètement mort, à n’en plus marcher droit, à n’en plus savoir où il habitait, à n’en plus pouvoir. Il avait été à deux doigts de vomir dans le caniveau ce soir là. Il n’avait plus tous ses souvenirs de cette soirée mais il la savait pourtant mémorable. Peeta prit enfin la parole et le sortit de ses réminiscences. Il se contenta de la fixer, avec un léger sourire taquin. « Quelle chance en effet. » Il se prenait au jeu, malgré lui. Il était son professeur mais restait un homme qui se trouvait devant une femme séduisante qui lui faisait des avances très peu dissimulées. Et quelques peu flatté, il ne pouvait s’empêcher d’entrer dans ce jeu dangereusement excitant. Elle venait de poursuivre en évoquant l’idée qu’il puisse la réchauffer en la prenant dans ses bras et il tourna la tête vers son whisky pour en boire une pleine gorgée. « Je suis sûr qu’aussi dévêtue que tu sois… tu n’as pas froid. ». Tout d’abord à cause de whisky, cet alcool aurait fait fondre un iceberg, aurait réchauffé un type recevant le baiser d’un détraqueur même. Et d’autre part, parce que la tension purement sexuelle qui s’élevait de leurs échanges verbaux avait de quoi les tenir à une température plus que raisonnable.
16 ans et déjà si dévergondée, c’était flippant.

Le regard d’Elias se releva vers la gryffondor lorsque la voix d’un autre homme vint la courtiser. Elias jeta un œil au type, il était plutôt pas mal dans son genre. Pas du tout le même genre de physique qu’Elias mais pas mal dans son genre. Il n’eut pas le temps d’entendre la réponse que Peeta lui avait faite, qu’une voix suave féminine l’attirait de l’autre côté. La situation avait tout d’étrange et à peine la brune avait-elle prononcé quelques mots qu’Elias sentait la croqueuse d’homme à plein nez. Elle était plutôt canon, et surement plus proche de son âge que son élève qui lui faisait du rentre dedans.
Après quelques échanges, une main posée sur le bras d’Elias, électrisant, elle s’approcha et lui murmura quelques mots à l’oreille avant de lui lancer un regard plus que suggestif. Elias se mordit la lèvre inférieure et ne vit pas l’attouchement arriver. Car à ce niveau là, ça tient presque du viol il faut bien le dire. La brune s’était approchée, une de ses mains s’étaient saisi du polo du professeur et l’avait légèrement attiré contre elle pour l’embrasser. Le baiser fut court. Non pas parce qu’il fut raté ou parce que l’un des deux protagonistes l’avait écourté.
Elias sentit un liquide lui couler en partie sur le visage et la brune s’écarta avec furie de lui, le lâchant pour de bon. La suite fût trop surréaliste pour que le professeur réalise immédiatement. Sa main essuya d’un revers le liquide sur son visage et il vit les deux femmes, la brune et la blonde se bousculer. La blonde finit par mettre un coup furieusement bien placé à la brune, un coup qui d’un coup n’avait plus rien de féminin d’ailleurs.
Le professeur se leva de son siège et vint s’interposer bloquant les bras de Peeta. La brune se tenait le visage et de toute évidence, le coup de poing l’avait salement amochée. Elias fit les gros yeux à son élève, un court instant avant de se tourner vers la brune pour s’excuser et la retenir, mais il n’eut pas ce temps. Elle fila vers les toilettes et Peeta se saisit de la main d’Elias pour le retenir.
Le professeur fit volte face et planta son regard peu approbateur dans celui de son élève qui lui proposait d’aller faire un tour. C’était de la folie. Elle venait de défigurer une pauvre femme qui avait eu l’audace de l’embrasser et maintenant elle reprenait son rentre-dedans dans les règles de l’art. Elias jeta un regard incrédule autour de lui, il croisa le regard du barman et de quelques clients eux aussi choqué par ce qui venait d’arriver. Il n’avait pas spécialement envie de prendre l’air mais à la vue des regards, il valait mieux que tout deux quittent le bar.
Il se saisit de sa veste sur la chaise devant le comptoir et la déposa sur les épaules de la jeune femme en lui faisant face. Il passa ses mains dans la nuque de Peeta pour en sortir ses cheveux. « Oui je crois qu’il vaut mieux qu’on s'en aille.. » Il ôta ses mains d’elle pour rompre tout contact et lui fit signe vers la sortie. Il jeta un regard désolé au barman avant de sortir à son tour.

Ils quittèrent les lieux et firent quelques pas, Elias garda ses distances. Passant sur un pont, il finit par s’arrêter pour regarder l’eau passer et posa ses mains sur la barrière. « Qu’est ce qui t’a pris bon sang… Tu lui as cassé le nez surement… Elle pourrait porter plainte pour ça… C’est dingue… » Il fit une pause, mettant de côté l’incident, il n’était pas là pour la réprimander, il n’aimait pas prendre ce rôle, même en tant que professeur. « Et j’empeste le whisky maintenant… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
C. Peeta Selwyn-Bennett
delegate ϟ modératrice
delegate ϟ modératrice
Messages : 226
Date d'inscription : 10/05/2012
Célébrité : Dianna Agron
Origine : Sang mêlé
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)   Jeu 2 Aoû - 11:40

    Il déposa sa veste sur mes épaules avec une délicatesse digne des plus grands gentlemen. Passant ses mains dans ma nuque pour sortir les cheveux coincés sous celle-ci. Je frissonnais au contact de ses mains sur ma nuque, un sourire se plaça sur mon visage, ce même sourire satisfait que j’avais à chaque fois que j’obtenais ce que je voulais et autant dire que si Monsieur Stark avait été surpris par ma conduite, il n’était pas au bout de ses peines. « Oui je crois qu’il vaut mieux qu’on s'en aille.. » Il ôta enfin ses mains de ma nuque pour mettre un minimum de distance entre le diable et lui, j’en souris, il craquerait et je n’aurais plus grand-chose à faire. Je sortie sans un regard autour de moi l’image de la perfide garce le nez en sang encore gravé dans ma mémoire, un nouveau sourire plus narquois éclaira mon visage. Nous marchions en silence, je ne voulus pas parler respectant le silence de cette merveilleuse nuit qui promettait d’être torride si j’arrivais à mes fins. Après quelques minutes il s’arrêta sur un pont posant les mains sur la barrière qui nous séparé du fleuve. « Qu’est ce qui t’a pris bon sang… Tu lui as cassé le nez surement… Elle pourrait porter plainte pour ça… C’est dingue… » Un petit rire m’échappa, je n’étais certes pas une garce par nature, après tout le choixpeau m’avait envoyé à Gryffondor, mais j’avais cette manie de ne pas me laisser faire et de ne pas me laisser voler ce que je désirai. « Au moins elle aura une bonne raison pour se faire refaire. Et puis à l’avenir elle se méfiera des personnes à qui elle ose s’attaquer ! » Je souris et Elias changea de sujet, ne voulant certainement pas me réprimandé ou alors il savait pertinemment que je n’avais aucun regret et que me faire la leçon n’aurait servi à rien. « Et j’empeste le whisky maintenant… » J’approchais un peu plus de celui-ci et respirait le doux parfum qu’il portait. Mélangé au Whisky son odeur était toujours aussi attirante mais s’il estimait sentir mauvais il n’y avait qu’une solution. Je passai doucement entre les deux bras posé sur la barrière du jeune homme. Mes lèvres s’approchèrent doucement de l’oreille de mon professeur. « Vous savez monsieur Stark, je ne sais pas nager… » Je regardais l’homme en faisant une moue d’enfant mais l’on pouvait sans aucun doute lire dans mes yeux que je comptais faire quelque chose d’irresponsable, quelque chose d’enfantin et de dangereux, mais que voulez-vous ? J’ai toujours aimé le danger. Mes lèvres se posèrent sur les siennes et je fini par rompre le baiser pour m’écarter de notre étreinte et avant qu’il n’est pu réagir, surement surpris et perturbé par mon baiser, je montais sur la barrière et plongeais dans le fleuve juste en dessous. L’eau glacé me coupa la respiration mais j’aimais tellement l’eau que je ne pouvais qu’apprécier ce moment, dans quelques instants il sautera pour venir me chercher et sa voix si suave me dira que je suis folle, dingue mais au moins avec moi on ne peut pas s’ennuyer ….

_________________

Cadence Peeta Selwyn-Bennett
Are you alive ?. Je sais que toutes les filles se sont trouvées affreuses, en se réveillant ce matin, et que toutes attendent un coup de fil qu’on ne leur passera jamais...

➺ crédit fantaisiie


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je vois, je veux, je prends... (Peeta & Elias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « - Je vois, je veux, je prends »
» Prends les armes et vois la gloire, elle t'appartient [PV armée de Kanoë]
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
“ FIZWIZBIZ „ Ϟ and you jerk it out. :: england : anarchy in the uk :: le pré-au-lard :: la tête de sanglier-