Partagez | 
 

 i can thrill you more than any ghost would ever dare try !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Phoenix S. Hemingway
vice prime minister ϟ admin
vice prime minister ϟ admin
Messages : 610
Date d'inscription : 25/01/2012
Célébrité : francisco lachowski
Origine : Sang mêlé
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: i can thrill you more than any ghost would ever dare try !   Mar 8 Mai - 22:00




“ noreen + phoenix .


The midnight hour is close at hand. Bientôt Minuit, c'est l'heure des chauves souris et des folies dans la nuit. Quelles folies ? Oh Phoenix a plein d'idées à ce sujet. Minuit, chez les moldus, c'est l'heure des mosntres, l'heure où on a peur de ce qui va se passer. Alors Phoenix en bon empêcheur de tourner en rond, comme d'habitude, il aime bien trainer à minuit dans les couloirs pour faire peur à ces anciens moldus/nouveaux sorciers qui ne savent pas trop encore ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas dans le monde magique. Par exemple, les loups-garou, est-ce que ça existe ? Et le Yéti ? Et les Extra-terrestres ? Phoenix ça le fait bien rigoler de faire croire des choses invraisemblables aux plus jeunes qui viennent d'entrer dans le monde magique. Si on peut pas s'amuser avec ça hein, c'est pas drôle ! C'est pas pour rien que Némésis est sa meilleure amie, et qu'elle a décidé de faire croire à tous les nouveaux qu'elle était un loup-garou. Lui, Phoenix ça le fait bien rigoler de voir les airs terrifiés sur leur face quand vient la pleine lune.
Dehors d'ailleurs, la Lune est presque pleine, et illumine tout le parc d'un éclat argenté. Une très belle nuit tiens, mais on est pas là pour regarder le paysage. Phoenix est dehors à cette heure dans la nuit pour le business. Oui oui, c'est son business, la peur, les conneries, trainer dans els couloirs, diriger son royaume, en gros. Et puis se transformer en gros monstre, ça c'est du travail. Il faut beaucoup de préparation. Il faut savoir attendre sa proie et se jeter sur elle au moment opportun, où elle ne s'y attend pas, et où elle criera le plus possible.
Phoenix entre dans les toilettes des filles et se cachent par dessus les cabines. Oh si on peut mater de la chatte, c'est pas plus mal ! Il a tout prêt, la grosse fourrure sur la tête, et les crocs dans la bouche. Non franchement c'est pitoyable pour celui qui se dit le roi de Poudlard de s'abaisser à un tel niveau. Oh on a qu'une vie, et Phoenix aime un peu trop faire ce qui lui plait. Aujourd'hui, il teste la version Némésis. Ca l'amuse tellement, elle, alors pourquoi pas lui ? Tant qu'à faire autant essayer.
Voila une petite Deuxième ou Troisième année qui arrive. Elle a le badge du Club d'acceuil des Anciens moldus. Phoenix hésite un instant à la vue de ce badge. Après tout, Ulysses et Hamish font partie de ce groupe et il ne veut pas leur faire du mal comme ça, non ? Mais c'est trop compliqué pour sa petite tête. Et faire chier les autres c'est trop ancré au plus profond de Phoenix qu'il décide de ne pas rebrousser chemin. C'est comme ça qu'il a l'impression d'exister, en se cognant aux autres. Il a tellement peur qu'on ne le remarque pas, qu'on l'oublie. Enfin bon y a meilleure façon d'exister qu'en faisant peur aux autres ? Sauf si on est un monstre, et qu'on l'assume. 'Cause i'm a freak bitch baby.
Quand la jeune fille sort des toilettes - bon c'était quand même indécent il a pas trop regardé, il est pas pédophile quand même -, Phoenix se jette de son perchoir devant elle, avec tous les poils de la fourrure, et les poils qu'il s'est rajouté par magie. Un loup garou plus vrai que nature, MOUHAHA. “ Alors ma jolie, on traine dans les couloris un soir de pleine lune ? ” La petite fille a un cri hystérique, et il s'écarte pour la laisser partir en courant. Et ça le fait bien rire. T'as franchement de droles de façon de t'amuser, Phoenix. Enfin t'amuser ? Ouais y a plus amusant. Ca va bien à Némésis ça, la fille qui aimait bien inventer des trucs tout le temps. Mais toi tu veux de l'action, de la vraie. Et si tu te laissais aller, t'aurais fais pire que ça, tu lui aurais couru après à al petite. Mais... Une petite voix en Phoenix l'a fait arreter. La voix de la raison ? Non ne soyons pas si bêtes quand même !

Spoiler:
 

_________________

we only got four minutes to destroy the world !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fizwizbiz.bbfr.net/t180-dad-i-wanna-be-a-pornstar http://fizwizbiz.bbfr.net/t196-i-m-sexy-and-i-know-it
avatar
Noreen S. Breckenridge
gryffondor
gryffondor
Messages : 210
Date d'inscription : 03/05/2012
Célébrité : Leighton Meester
Origine : Sang moldu, sorcier de naissance
Âge du personnage : dix-sept ans

MessageSujet: Re: i can thrill you more than any ghost would ever dare try !   Jeu 10 Mai - 10:39

Je tombe de fatigue. J’aimerais tant me retrouver dans mon lit, malheureusement ma ronde n’est pas encore terminée. Je suis de garde ce soir, et censée veiller dans les couloirs jusque minuit, voire plus, s’il y a un quelconque problème. Je jette un coup d’œil à ma montre, vingt-trois heures cinquante. Bien, il me faut tenir encore une dizaine de minutes avant de retrouver, enfin, le chemin de ma salle commune. Je rejoins les escaliers qui me donneront accès au second étage. J’aime finir ma garde par ce coin du château. Généralement, tout est calme, et cela m’apaise avant d’aller au lit. Ce soir, j’ai dû faire ma ronde toute seule. Le préfet de Serdaigle qui devait m’accompagner fut pris de nausée au dernier moment. Je soupçonne fortement qu’il s’inventa cette maladie pour échapper à son tour de ronde. Cela me désolait fortement. Lorsqu’on avait choisi de se soumettre à un tel rôle, on respectait ses devoirs jusqu’au bout. Enfin, il n’avait peut-être pas vraiment choisir de devenir préfet mais qu’importe, d’autres auraient aimé être à sa place. Il ne fallait pas qu’il profite trop de la chance qui lui était donnée. Un frisson me parcourut. Je regarde autour de moi. Il n’y a personne. Simplement, un courant d’air. Je passais mes bras sur mon corps, comme pour me réchauffer. Quelque chose clochait, pourtant, je le sentais. Il paraît qu’un véritable instinct de préfet ne trompe jamais. J’avance lentement dans le couloir, m’approchant peu à peu des anciennes toilettes des filles. Personne ne sait vraiment pourquoi, mais peu de gens s’y rendent. C’est étrange, mais nous ne nous y sentons pas réellement à l’aise. Un cri me sort de mes pensées. C’est bien ce que je pensais, quelque chose ne tournait pas rond. Je vis une petite fille sortir en hurlant des toilettes. J’essaie de l’interpeler, mais, dans sa torpeur, elle ne m’entend pas. Peu importe, je ne vais pas lui courir après. Je ferai mieux d’aller voir ce qui se trame dans les toilettes. Sortant ma baguette de ma poche, je m’avance discrètement vers l’entrée des toilettes. Etrange, il n’y a rien. J’entre complètement dans les toilettes, fait face au lavabo avant de me tourner vers les cabinets de toilette. Quelqu’un se tient de dos, une sorte de fourrure sur le dos. J’hausse les sourcils. Qu’est-il en train de faire ? Je me racle la gorge, poussant ainsi le jeune homme à se retourner. Je lève les yeux au ciel. Phoenix Hemingway, des crocs dans la bouche, se tient devant moi. « Qu’est-ce que tu es en train de faire ? » Je range ma baguette. Phoenix a beau être infernal, il n’est pas méchant et je n’ai pas l’intention de lancer un sort contre lui, du moins pas encore. Je m’approche de lui, jusqu’à ce que nos corps ne soient séparés que de quelques centimètres. Phoenix n’est pas mon ami, ne l’a jamais été. Nous sommes plutôt des connaissances, qui passons, pourtant, notre temps à nous chamailler. Cette relation est étrange, impossible à définir. J’aimerai le détester pour tous ces agissements, mais j’en suis incapable. Bien sûr, comme lui, j’aime m’amuser mais il arrive qu’il aille souvent un peu trop loin. Et surtout, depuis que je suis devenue préféte, j’ai le nouveau rôle de l’empêcher de préparer ses mauvais coups.

« Tu pensais faire peur à quelqu’un, dis moi ? » Je me mords la lèvre. Je sais qu’il a effrayé une enfant de deuxième ou troisième année, mais ce n’est guère un exploit. De nos jours, ils ont peur de tout. Je lève la main vers lui et enlève cette fourrure immonde qu’il porte sur sa tête. Je la laisse tomber au sol, sans un remord. Le voilà un peu plus charmant. Sauf que ces crocs dans sa bouche ne lui rendent pas service, mais ça, je le laisse se débrouiller pour les enlever seul. Je me recule ensuite, pour aller inspecter l’intérieur des cabinets. Qui sait ? Phoenix est capable de cacher des dizaines de trésors, pour pouvoir s’amuser, une nuit entière. J’ouvre toutes les portes, une à une, et heureusement pour lui, je ne trouve rien. Je me retourne alors vers le jeune homme. « Tu sais que je devrais t’enlever des points pour être hors de la salle commune après le couvre-feu ? » A vrai dire, ce n’était pas comme si les autres préféts ou les professeurs n’avaient pas essayé. Mais, pour Phoenix, cela s’avérait inutile. Perdre des points ne le dérangeait pas, tant qu’il passait une nuit à s’amuser. Je soupire. Ce garçon était intenable. Je l’aimais bien, au fond, pourtant. Mais je me gardais bien de lui faire part de mes sentiments. Il aurait été trop fier d’obtenir un tel aveu. Je préférai agir comme s'il m'agaçait au plus haut point. De toute façon, il me le rendait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Phoenix S. Hemingway
vice prime minister ϟ admin
vice prime minister ϟ admin
Messages : 610
Date d'inscription : 25/01/2012
Célébrité : francisco lachowski
Origine : Sang mêlé
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: i can thrill you more than any ghost would ever dare try !   Ven 11 Mai - 8:19

Et encore une connerie au compteur pour Hemingway. Une vie commandée par l'amusement, c'est ce qu'à choisi Phoenix. C'est égoïste, insupportable et complètement irresponsable, mais il ne s'en rend pas compte. Comment il s'en rendrait compte ? C'est comme si vous aviez mis l'esprit d'un enfant de 5 ans dans un corps bourré d'hormone qui ne cherche qu'à se trémousser partout. Un ado, en gros. Un ado qui aime un peu trop tester les limites du monde pour trouver comment s'éclater. Et qui aime bien bousculer les autres. Mais bon, l'expérience de ce soir lui prouve que faire peur aux autres en se déguisant, ce n'est pas son truc. Enfin à Halloween peut-être. Mais devenir aussi trompeur que Némésis ca ne lui plait pas tant que ça. C'est bon pour Halloween, mais c'est tout. Les poils qu'ils s'étaient rajoutés sur la tête s'en vont presque tout seuls, comme s'il n'y croyait plus lui-même. Il aspire à d'autres jeux lui. Et qui ne sont pas si loin qu'on le croit...
Il n'y a d'habitude pas grand monde qui daigne venir dans les anciennes toilettes des filles -parce qu'elles sont hantées, à ce qu'on dit -, mais ce soir c'est foule, se dit Phoenix, alors qu'il entend des bruits de pas se rapprocher de lui. Il se vante d'être presque capable de reconnaitre la démarche de quelqu'un, alors il se retourne avec le sourire. Noreen, il s'en doutait. Elle a quelque chose de débonnaire dans la démarche, et pourtant strict, elle doit marcher comme un mannequin, sur une ligne droite. Elle sait ce qu'elle veut, cette fille. Devant son air dubitatif, Phoenix sourit un peu plus. Il a presque l'air carnassier avec ses faux crocs. Il va la dévorer toute crue si elle n'y fait aps gaffe. Voila, Phoenix préfère faire frissonner les grandes filles plutôt que les petites, avec des armes différentes et un objectif différent, pas le même genre de frisson. “ Qu’est-ce que tu es en train de faire ? ” Tu voudrais le savoir, mais tu le sais déjà. Ce sourire, c'est celui que Phoenix arbore quand il s'apprête à conquérir. “ Bonsoir, Noreen. ”
On voit Phoenix très intéressé par les hommes, mais il n'en oublie jamais les filles. On peut lui reprocher de ne pas savoir choisir et de n'être qu'un chaud-lapin. Il n'empêche qu'il ne résiste pas au charme d'une belle fille, peu importe ses intentions envers elle. Et Noreen en fait partie. Il n'a jamais réussi à la mettre dans son lit, certes, c'est son défi. mais elel a toujours résisté, et ils se sont toujours cognés l'un contre l'autre. Préfète, en effet, Noreen cherche à faire régner l'ordre, la loi, la justice, toutes ces choses qui sont souvent bafouées dans le royaume de Phoenix. Il serait tant qu'il devienne un meilleur roi, mais ça, on y repensera une autre fois. Ce qui compte aujourd'hui, c'est de faire plier la lionne à la peau d'acier. Voila le défi de la soirée.
Et elle mort à l'hameçon, on dirait, se rapprochant lentement de lui, trop près, beaucoup trop près pour une fille qui ne veut rien avoir à faire avec lui. “ Tu pensais faire peur à quelqu’un, dis moi ? ” Phoenix se contente de sourire. Elle sait combien il aime emmerder le monde, de quelque façon que ce soit, et il sait qu'elle n'aime pas ça. Au fond, il fait cela même parfois juste pour la taquiner elle, parce qu'il sait qu'elle ne pourra s'empêcher de répondre, et que sa réponse sera toujorus pour le moins... Intéressante. Ce n'est pas comme Maelynn qui souhaite faire cesser le règne de Phoenix - d'ailleurs si c'était elle qui était devenue préfète, la belle vie aurait surement été finie -, certes Noreen ne l'approuve pas, mais elle semble toujours vouloir jouer avec le feu, avec le grand frisson. Et Phoenix lui aussi veut jouer, avec elle.
Elle lui retire la fourrure qu'il avait sur la tête. mais il faut plus que ça pour lui retirer son air sauvage, animal presque, avec sa barbe de trois jours sur les joues. Phoenix grogne un peu, ou ronronne, peut-être. He's a wolf in disguise. C'est un monstre un vrai, celui qui terrorise les grandes filles autant qu'il leur fait envie. En tout cas, c'est ce qu'il s'imagine. That boy is a monster. Noreen part faire le tour des toilettes, pour voir ce que le loup a caché dans sa tannière - une tannière dans les toilettes des filles ? - et Phoenix ne boude pas son plaisir de la voir faire son travail, et se laisser prendre à son jeu. Mais ce qu'il cache, Phoenix, ce n'est pas dans les toilettes, c'est juste devant tes yeux. C'est ce petit jeu taquin qui s'est installé entre vous, et dont tu ne vois peut-être plus le danger... Phoenix, lui, ne voit aucun danger, aprce qu'il croit toujorus mener la danse. mais l'avenir lui donnera peut-être tort. Après tout, il faut toujorus être deux pour jouer à ce jeu.
Noreen se retourne enfin vers lui, n'ayant rien trouvé, bien évidemment. “ Tu sais que je devrais t’enlever des points pour être hors de la salle commune après le couvre-feu ? ” Petit rictus sur les lèvres de Phoenix. “ Tu n'oserais pas enlever des points à notre maison, quand même. Tu n'oserais pas m'enlever des points. ” Phoenix se rapproche d'elle a pas lents, comme un animal tapi dans l'ombre se rapproche de sa proie. Mais il le fait au grand jour, lui, c'est pour ça qu'on le connait. Elle a un air agacé, et aura l'air peut-être apeurée d'ici pas longtemps, mais Phoenix en est sûr, ses yeux sourient. “ C'est tellement bien de trainer dans les couloirs à la nuit tombée, n'est-ce pas ? Je sais que tu aimes beaucoup faire ça aussi, même si c'est pour rôder dans mon dos. Surtout pour ça, me trompe-je ? ” Phoenix arbore un constant rictus amusé sur ses lèvres, alors qu'il fait son regard ténébreux de séducteur - bordel, qu'est-ce qu'il l'a travaillé ce regard. Il se rapproche de Noreen. Jusqu'à ce que la distance ne soit plus qu'infime, sans la toucher. Mais c'est assez pour faire monter la tension, non ? Oh diantre, il n'attendait qu'elle en fait. C'est le jeu le plus amusant de la nuit. Faire peur aux enfants c'est fini. “ Mais dis-moi ce que tu préfères faire la nuit, toi. ”

_________________

we only got four minutes to destroy the world !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fizwizbiz.bbfr.net/t180-dad-i-wanna-be-a-pornstar http://fizwizbiz.bbfr.net/t196-i-m-sexy-and-i-know-it
avatar
Noreen S. Breckenridge
gryffondor
gryffondor
Messages : 210
Date d'inscription : 03/05/2012
Célébrité : Leighton Meester
Origine : Sang moldu, sorcier de naissance
Âge du personnage : dix-sept ans

MessageSujet: Re: i can thrill you more than any ghost would ever dare try !   Mer 16 Mai - 17:19

« Bonsoir, Noreen. » Je penche le visage sur le côté, comme pour le saluer à mon tour. Il ne manquait jamais une occasion de me rappeler les principes mêmes de la politesse. J’étais bien consciente de ne pas l’avoir salué, mais peu m’importait. Je n’étais pas là pour être gentille, mais pour faire appliquer les règles de l’école. Cela devait en faire rire plus d’eux de m’entendre parler ainsi. Je n’avais jamais été le genre de filles qui respectent le règlement. J’avais aimé, comme Phoenix, sortir après le couvre-feu pour prolonger les amusements de la journée. Rester enfermée à partir de neuf heures dans ma salle commune ne m’intéressait pas tellement. J’aimais me faufiler dans les couloirs de l’école, esquiver de peu les préfets de l’époque. Combien de fois avions-nous failli nous faire prendre, mes amies et moi ! Heureusement, cela n’était jamais arrivé. Aujourd’hui, je remplissais le rôle de préfète à mon tour. Je ne pouvais pas nier que j’aimais le fait d’avoir un peu plus de pouvoir (je pouvais surtout en jouer auprès de ceux que je n’aimais pas vraiment) mais je regrettai, un peu, l’époque où je pouvais être moi-même : insouciante et téméraire. Bien sûr, un simple rôle de préfet ne m’empêchait pas d’être cela, mais je n’aurais pas aimé voir la déception dans les yeux des professeurs et du directeur lorsqu’ils se rendraient compte que leur choix avait été mauvais.

J’avais toujours eu du mal à comprendre Phoenix. Pas parce qu’il était étrange, non. Mais parce que je n’avais jamais réussi à mettre un nom sur un quelconque trait de son caractère. Il semblait si loufoque, et pourtant, avait un air si sérieux. Pour reprendre une expression moldue, on pourrait presque dire qu’il avait une tête d’ange, mais le diable au corps. Oui, je pense que cela lui sied plutôt bien. J’aurais pu lui interdire de revenir ici, et de lui promettre de le surveiller à toutes heures, s’il le fallait, pour l’empêcher de recommencer ses escapades nocturnes. Mais je n’en fis rien. Au fond, je n’avais pas envie qu’il arrête de faire ce qu’il avait toujours fait. J’avais souvent ri en ayant eu vent de ces dernières trouvailles. Et je ne comptais pas m’arrêter là. Je fermerai les yeux, tant qu’il ne franchissait pas certaines limites. Je ne pouvais pas tout pardonner. Lorsque je m’approche de lui, et lui enlève sa fourrure, il se met à grogner. Je lève les yeux au ciel. Grandis un peu, Hemingway, il serait plus que temps. Je le mets ensuite en garde : je suis en droit de lui retirer des points. La seule chose qu’il trouve à me répondre est que nous faisons partie de la même maison, et qu’ainsi, je n’oserai jamais m’enlever des points. Là, il marque un point. Je soupire. Rien que pour l’embêter, je serai prête à retirer dix points à Gryffondor. Mais je me ravise au dernier moment : mon envie de gagner la coupe, pour ma dernière année, est plus forte que mon envie de lui clouer le bec. « Tu as de la chance, Hemingway. Mais je suppose que tu es bien conscient de ça. » J’hausse les sourcils. Il m’énervait, il avait le don pour cela. Je détourne le visage, évite de croiser son regard. Je le sens s’approcher de moi. Je sens surtout mon estomac se contracter au fur et à mesure ses pas le rapprocher de mon corps. Inutile d’expliquer cette sensation, je ne saurai le faire moi-même. Mais c’était comme ça. Je ne désire pas Phoenix, pourtant. Je ne suis même pas sûre de réellement l’apprécier. Tout ce que je sais, c’est qu’à chaque fois qu’il est dans la même pièce que moi, je meurs d’envie de le gifler et de l’embrasser en même temps. Ceci est un peu problématique. Parce que jamais, au grand jamais, je ne me laisserai enrôler par le regard ténébreux de Phoenix Hemingway. Les garçons, j’avais assez donné. Et il était les derniers bras dans lesquels j’irai me perdre. Il n’était pas du genre à avoir une relation sérieuse. Et puis, imaginez-nous, lui et moi. Ce serait à mourir de rire. J’étais certaine qu’on ne pourrait pas se supporter plus de dix minutes. Pourtant, l’attirance est bel et bien présente. Encore un truc que je suis incapable de comprendre. Phoenix n’est même pas à mon goût.

« C'est tellement bien de trainer dans les couloirs à la nuit tombée, n'est-ce pas ? Je sais que tu aimes beaucoup faire ça aussi, même si c'est pour rôder dans mon dos. Surtout pour ça, me trompe-je ? » Je fronce les sourcils, hausse les épaules. Il croyait sérieusement que je passais mes soirées à le chasser ? Un doux rire s’échappa de mes lèvres. « Regarde la réalité en face, Hemingway. J’ai des choses bien plus intéressantes à faire que de te courir après. » Il plonge ensuite son regard dans le mien, brise ensuite les quelques centimètres qui nous séparaient encore pour presque venir se coller à moi. Je recule, par réflexe. Je n’ai pas l’habitude de laisser entrer quelqu’un dans ma sphère d’intimité si facilement. Mais il insiste, se rapproche à nouveau. Cette fois, vaincue, je ne bouge plus d’un millimètre. Je sens son souffle contre ma peau quand il reprend la parole pour, cette fois, me demander comment j’occupe mes nuits. J’arque un sourcil, ayant du mal à voir en quoi cela le regarde. Je n’ai pas l’intention de lui répondre. Je n’ai pas non plus l’intention de le repousser. A vrai dire, j’apprécie le sentir aussi près de moi-même si cela me coûte un effort de l’admettre. Lentement, je lève ma main et la pose sur sa joue. Je m’approche de lui jusqu’à ce que nos lèvres se frôlent. Puis, je me recule un peu, me mords la lèvre. « La nuit, mon cher Phoenix, j’aime faire des choses dont, je pense, tu es encore trop innocent pour en comprendre le sens. » Je lui fais un clin d’œil, rendant ainsi la situation encore plus intriguante. Puis, je m’éloigne de lui pour aller m’appuyer sur l’un des anciens lavabos. En croisant le regard du jeune homme, je comprends que la soirée va devenir amusante.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Phoenix S. Hemingway
vice prime minister ϟ admin
vice prime minister ϟ admin
Messages : 610
Date d'inscription : 25/01/2012
Célébrité : francisco lachowski
Origine : Sang mêlé
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: i can thrill you more than any ghost would ever dare try !   Jeu 17 Mai - 21:47

Phoenix aime un peu trop se prendre pour un séducteur. C'est une des choses qu'il a apprises en grandissant et dont il n'est pas peu fier. Savoir attirer quelqu'un d'un regard tout en restant mystérieux, faire jouer le mystère, jouer avec le feu, jusqu'à céder peut-être. Séduire implique un certain but, mais Phoenix n'en a parfois même pas l'intention. C'est devenu un jeu tellement passionnant, la séduction, un passe-temps indispensable maintenant. Le jeu en lui-même, les moyens lui semblent même souvent plus intéressants que la fin. Et avec les filles en particulier il s'y adonne à coeur joie, car il n'y a souvent qu'elles qui savent y jouer à la perfection, et lui rendre ses coups comme si l'on jouait une partie de poker - strip poker, bien sûr. Les garçons, c'est une autre histoire, peut-être parce que Phoenix finalement les voit différemment, s'engage différemment, et ne le comprend pas vraiment... Mais ça on en parlera une autre fois.
Noreen, parfaite compagnon de jeu, se dit Phoenix quand il la voit faire son air de fille détachée, qui pourtant s'attarde toujours un peu trop sur son cas. Ils ont une certaine alchimie, Phoenix s'en est rendu compte en grandissant. Mais voila, elle est devenue préfète, gardienne de la maison et tout ce qu'on veut. Autrefois elle ne se privait pas pour faire des escapades nocturnes, où ils se croisaient quelques fois. Mais maintenant, ce n'est plus pareil. I'm loosing my favourite game. C'est plus tendu aujourd'hui, parce qu'elle pourrait vouloir le punir, mais aussi parce qu'ils sont maintenant dans l'âge où on est plus tout à fait des enfants. You're loosing your mind again. C'est ça qui est attirant. Phoenix ne peut résister à un jeu pareil, et visiblement Noreen non plus. Sinon il aurait fini avec 10, 20 points en moins, interdiction formelle de sortir pendant la nuit, et une claque peut-être. “ Tu as de la chance, Hemingway. Mais je suppose que tu es bien conscient de ça. ” Il en est plus que conscient maintenant. Il est aussi conscient de toutes les possibilités qui sont ouvertes ce soir.
Mais ce jeu c'est un jeu dangereux. Noreen devrait faire attention, si elle ne veut pas se faire mal. Mais elle n'a pas l'air d'y faire attention, et si elle ne se jette pas dans les bras de Phoenix, elle ne le fuis pas pour autant, et joue la carte de la répartie. Et il aime ça. Qu'on lui résiste, qu'on ne soit pas à ses pieds finalement. C'est beaucoup plus intéressant, presque irrésistible. What a wicked game to play. Il veut la faire tomber dans ses bras, c'est ça l'idée, mais tout compte fait... C'est peut-être dangereux pour lui aussi. A tant feindre le marivaudage, il pourrait peut-être se laisser prendre. No, i don't wanna fall in love. Peut-être pas d'amour, mais il pourrait se faire mal tout autant, si Noreen se révèle plus maline que lui. Et honnêtement, devant la bêtise souvent marquée d'Hemingway - l'intelligence, on l'a laissée à sa soeur -, il n'est pas dur d'être plus intelligent. “ Regarde la réalité en face, Hemingway. J’ai des choses bien plus intéressantes à faire que de te courir après. ” mais il peut toujorus essayer. Le regard d'une jolie fille, ça ne le fait pas rougir lui, mais parfois ça lui donne des élans d'intelligence, en tout cas pour la répartie. “ Pourquoi n'es-tu pas partie alors ? Je ne te retiens pas, non ? ” Il accompagne cette phrase d'un sourire charmeur, bien sûr.
Leurs deux corps sont si proches qu'il serait si facile de céder à la tentation. Mais il est encore trop tôt, la tension ne fait que monter petit à petit, par petites touches. Leurs lèvres pourtant se rapprochent, encore et encore, prêtes à se gouter... Mais Noreen se dérobe à lui, laissant retomber brusquement la pression. Un instant, Phoenix croit avoir tout perdu, et pense voir ses projets s'envoler. Son coeur continue de battre un peu vite, comme si tout cela l'avait vraiment secoué. Et peut-être que oui, un peu, en fait. Le séducteur qui se laisse prendre à son propre jeu ? Noreen a pris les rènes. “ La nuit, mon cher Phoenix, j’aime faire des choses dont, je pense, tu es encore trop innocent pour en comprendre le sens. ” Oh, et elle en rajoute en plus. “ Moi qui te croyais un parfait petit ange, il y a donc quelques petites choses que tu peux m'apprendre... ” Se laisser un peu avoir, nouvelle stratégie de Phoenix, entrer dans son jeu, la laisser mener, alors qu'il est toujours persuadé d'avoir le dernier mot, toujours.
Il se rapproche d'elle encore, comme s'il la poursuivait, mais tout en douceur. Il pose la main sur le lavabo, tout à coté d'elle, l'effleurant. Il laisse son souffle chaud se déposer sur son cou, toujours aussi souriant. “ La nuit, tu sais, tout est possible. Personne ne nous verra, rien ne nous interrompra. ” C'est une invitation, mais ce ne serait pas drôle si elle acceptait tout de suite...

_________________

we only got four minutes to destroy the world !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fizwizbiz.bbfr.net/t180-dad-i-wanna-be-a-pornstar http://fizwizbiz.bbfr.net/t196-i-m-sexy-and-i-know-it
avatar
Noreen S. Breckenridge
gryffondor
gryffondor
Messages : 210
Date d'inscription : 03/05/2012
Célébrité : Leighton Meester
Origine : Sang moldu, sorcier de naissance
Âge du personnage : dix-sept ans

MessageSujet: Re: i can thrill you more than any ghost would ever dare try !   Sam 19 Mai - 20:17

Avant de devenir préfète, je n’étais certainement pas la dernière pour sortir après le couvre-feu et pour m’amuser dans les couloirs. Avec mes amis, nous nous amusions sans cesse à éviter les préfets. Je me souviens en avoir mis un bien en rogne, et ce souvenir me fait encore rire aujourd’hui. Pendant une heure, il nous avait courus après. Sauf qu’il semblait que nous connaissions bien mieux le château et ses raccourcis que lui. Au bout d’un moment, il fut tellement essoufflé et exténué qu’il dût arrêter sa course. Il hurla dans la nuit noire du château qu’il se vengerait, dès le lendemain. Malheureusement pour lui, quand il tenta d’expliquer au directeur de notre maison qu’il nous avait aperçus cette nuit, personne ne le crut. Nous avions tant des visages d’anges que tout le monde nous pensait innocent. Nous jouions beaucoup là-dessus. En sachant que les professeurs avaient une confiance aveugle en nous, nous nous permettions bien des choses. Je doute que s’ils avaient su tout ce que j’avais fait, au sein de l’école, pendant six ans, ils ne m’auraient certainement pas nommé préfète. Je regrettai un peu cette époque. J’aurais aimé encore pouvoir me faufiler hors du dortoir, la nuit. Certes, maintenant, j’avais le droit de sortir après le couvre-feu mais ce n’était pas la même chose. Cette fois, je devais veiller sur les autres. C’était beaucoup moins drôle. Mais ça avait ces avantages, tout de même. J’aimais bien le fait d’avoir un peu de pouvoir. Même juste un peu. Cela m’amusait, parfois. Ça m’amusait surtout quand je me retrouvais face à Phoenix Hemingway.

« Pourquoi n'es-tu pas partie alors ? Je ne te retiens pas, non ? »
J’hausse les épaules, et prête peu d’attention à son sourire charmeur. Je sais ce qu’il essaie de faire, mais son regard de séducteur ne me fera rien. Certes, je ne suis pas insensible à son charme mais ce n’est pas pour cela que je dois me laisser faire. Phoenix est un garçon parmi tant d’autres, et il fait surtout partie de ceux qui ne sont pas particulièrement fanatique des relations sérieuses. De toute façon, je ne sais même pas pourquoi je pense à cela. Jamais, il ne se passera quelque chose entre lui et moi. Que ce soit sérieux, ou non. « Je peux partir, si tu veux. » J’arque un sourcil, sachant très bien qu’il me demandera de rester. Je rentre peu à peu dans le même jeu que lui. Nos corps se touchent, je frissonne légèrement, toujours sensible au contact d’un corps masculin contre mon corps. Je croise le regard de Phoenix et l’étudie attentivement. Il est beau, cela va sans dire. Complètement charmant, même. Son corps, ne le cachons pas, est bien formé. Bref, il n’est pas mal et je pourrai, sans doute, apprécier me retrouver dans ses bras, contre son corps. Je me rapproche encore de lui, et, cette fois, frôle mon nez contre le sien. Je me mordille la lèvre, en me reculant et l’écoute reprendre la parole. « Moi qui te croyais un parfait petit ange, il y a donc quelques petites choses que tu peux m'apprendre... » Je ris aux éclats suite à sa remarque. « Moi, un ange ? Es-tu certain de bien me connaître, Hemingway ? Attention, les apparences sont parfois trompeuses. » J’arque un sourcil, d’un air entendu. « Je peux t’apprendre tout ce que tu veux, si tu en as envie… » Je laisse ma phrase en suspens. Je ne précise pas ce que je peux lui apprendre, il s’imaginera ce qu’il voudra. Mais cela me ferait certainement rire de l’induire en erreur.

Phoenix m’effleure, de sa main. Lentement, je fais aller mes doigts vers sa main et la serre, simplement quelques secondes, dans la mienne avant de sentir son souffle chaud dans mon cou. « La nuit, tu sais, tout est possible. Personne ne nous verra, rien ne nous interrompra. » Je me retourne vers lui et lui sourit légèrement. Bien sûr, je comprends ce qu’il veut dire mais je n’ai pas l’intention de me laisser faire comme ça. Il en faudra plus pour qu’il puisse m’attraper entre ses filets. Je m’éloigne du lavabo et vient me placer juste devant Hemingway, presque entre ses jambes. Je m’approche de lui, si près que je peux sentir son cœur battre. L’une de mes mains se met à caresser lentement ses cheveux. Je suis si proche que je sens son souffle contre ma peau. Je m’approche encore, comme pour l’embrasser, mais m’interrompt au dernier moment. « Oh, il y a des tas de gens qui peuvent nous voir. Aurais-tu donc oublié que ces toilettes sont hantées ? » J’affiche un sourire satisfait, avant de m’éloigner complètement de lui pour aller à l’opposé de la pièce. Je suis heureuse de ne pas avoir succombé tout de suite, même si j’avoue avoir eu irrésistiblement envie de l’embrasser quelques secondes plus tôt. Je jette un regard vers Phoenix, et le voit qui s’approche de moi. Je me pince les lèvres, d’un air réprobateur, mais en réalité, je crève d’envie qu’il se colle, une nouvelle fois, à moi. Rien que pour pouvoir respirer son odeur. Pouvoir sentir les battements de son cœur. Pouvoir, rien qu’une seule fois, goûter à ses lèvres. Mais juste, une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i can thrill you more than any ghost would ever dare try !   

Revenir en haut Aller en bas
 

i can thrill you more than any ghost would ever dare try !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GHOST ISLAND
» Animation Ghost Stories
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Ghost in the shell : un remake en live ?
» Ghost in the Shell Arise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
“ FIZWIZBIZ „ Ϟ and you jerk it out. :: party rock in hogwarts :: poudlard : intérieur :: 2ième étage :: anciennes toilettes des filles-