Partagez | 
 

 don't think twice it's alright Δ Rafa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rafael J. Andrade
Rafael J. Andrade
serpentard
serpentard
Messages : 153
Date d'inscription : 13/04/2012
Célébrité : marlon teixeira
Origine : Sang pur
Âge du personnage : 17 yo.

MessageSujet: don't think twice it's alright Δ Rafa   Lun 16 Avr - 12:54


feat ϟ marlon teixeira, tumblr
Jr. Rafael

Andrade


“ Aime bien : Pas grand chose.
N'aime pas : Le reste. „

nom prénoms: Rafael Junior Andrade âge: 17 yo anniversaire: 23 février, en plein milieu du carnaval origines: anglo-brésiliennes orientation sexuelle: hétérosexuel profession ou année d'études: 7ème année sorcier/ancien moldu/créature: sorcier, un vrai de vrai! nature du sang: pur connaît la magie depuis: toujours patronus: un ara épouvantard: le brésil qui perd la coupe du monde se faire poursuivre dans la rue par un lépreux.


ϟ show me some magic !
Pour tout fils Andrade le rêve le plus cher est certainement celui de devenir un sorcier puissant, reconnu et respecté. Rafael ne fait pas exception à la règle, il idolâtre complètement son père et tuerait pour redorer son nom aux yeux de tous. Cependant, quitte à partir dans le loufoque, il a souvent rêvé d'une baraque en bois construite sur une plage de sable blanc au bord de l'Océan, face à une forêt sauvage. L'eau limpide, le soleil brûlant, les noix de cocos... Que du bonheur ! Il est là, allongé, à se dorer au soleil paisiblement et puis d'un coup un immense toucan se pose sur son bras. Lui ne réagit pas, comme si tout cela était absolument normal, et se contente de fixer l'oiseau dont le bec se déforme en un sourire amical (oui, un sourire, c'est possible !). Et puis Chico (le toucan a un nom) se met à parler très naturellement, en un semblant de "Aaaaai Caramba !". Pendant plusieurs minutes ils restent là à rigoler et puis l'air de rien l'oiseau s'envole et disparaît. Rafa se lève et plonge dans l'Océan, il nage et nage et nage encore. A vrai dire il rêve d'une vie remplie de commodités, ayant toujours été éduqué au milieu du luxe, mais la simplicité de certaines choses lui manquent : comme celle de boire une bière tranquillement allongé sur le sable fin. Il veut rendre son père, sa mère et ses frères fiers de lui, s'élancer dans une grande carrière, et puis rapidement retourner au Brésil, qui sera toujours la prison de son coeur. Il rêve à courte échelle, mais il rêve de famille, d'amour et d'Océan.

ϟ can i get on your magic bus ?
Rafael préfet, pourquoi ? Eh bien pourquoi pas ! Après tout, les Andrade ont toujours dominé le château, que ce soit de leur père à leur frère aîné, Javier qui cumulait brillamment les postes de préfet et joueur de quidditch. Rafael est quelqu'un de souriant, beau parleur il a un don d'orateur hors norme, et pourrait vous convaincre que vous étiez la veille au soir en train d'enfreindre le règlement alors qu'en fait vous dormiez tranquillement dans une rangée de la bibliothèque. Malgré ces yeux rieurs et cet accent du Sud, il a cette posture et cette assurance qui font de lui l'élève adulé de tout professeur, et un modèle pour les plus jeunes. Dans son sourire on peut déceler une pointe d'arrogance, mais Merlin sait qu'il en faut pour tenir tête à la marmaille et aux enflammés Rouge&Or. Il est de ceux qui marchent la tête haute pour tenter de glorifier à nouveau ce nom de famille entaché par un passé houleux. Sans oublier que son frère est lui-même un cracmol, et que donc la diversité chez les sorciers est l'essence même de la famille Andrade. Contrairement à ses frères, il a un jugement plus tempéré, moins radical et affirmé sur les valeurs que sont le sang et l'ascendance. Ce qui compte pour lui ce sont des valeurs plus saines, la famille, l'amitié, la réussite. C'est une personne de confiance, qui ne va pas au devant des problèmes mais tentera malgré tout de vous en tirer.


once upon a time

« Lul’ ? Réveille-toi ! » Un grognement s’éleva du lit de son plus jeune frère. Ulysses leva un bras qu’il balaya aveuglement dans l’air, avant de le faire retomber mollement sur son matelas : traduction, casse-toi Rafa et laisse-moi dormir. Rafael ne se laissa pas impressionner, et tira sa baguette de sa poche. Il plaça le bout de bois juste au dessus de la tête du cracmol et en un murmure inaudible une ligne d’eau vint s’abattre sur le visage de la belle au bois dormant. Rafa s’était déjà éloigné de plusieurs pas – mesure de sécurité – tandis qu’Ulysses bondissait de son lit, le visage trempé d’eau froide. Un rire s’échappa des lèvres de l’aîné alors que « Lul’ » s’élançait vers lui menaçant. Leurs deux corps rentrèrent en collision et rapidement les deux garçons se retrouvèrent par terre, jambes et bras s’agitant de toutes leurs forces pour remporter la lutte. Finalement, du haut de ses quelques centimètres de plus, et après de longues minutes de labeur Rafael remporta le duel, son genou bloqué fermement sur le torse d’Ulysses qui tentait encore vainement de se débattre. La chambre était sans dessus-dessous, après tout deux grands garçons comme eux qui se battent dans une pièce exigüe ça causait des dommages collatéraux. Pourtant, d’habitude ils n’avaient jamais le temps de trop s’emporter, la voix de leur père s’élevant méchamment du salon pour indiquer à Rafael de venir l’assister au lieu de perdre son temps avec son cracmol de frère. Ulysses interrogea d’ailleurs son aîné du regard et ce dernier finit par se relever gaiment « Javier e o pai sont a une réunion toute la journée, Ezra a tranplané à Londres pour assister à un match de quidditch ce week-end, e a mãe est allée rendre visite a tio e tia. » Un sourire s’étira sur ses lèvres « On est seuls ! » Sans plus attendre Ulysses bondit sur ses deux jambes, comprenant ce que cette simple remarque impliquait. Ils allaient passer la journée à la plage. En un haussement d’épaules nonchalant Rafael ajouta « J’ai déjà convaincu Mateus, il nous emmène en voiture et ne dira rien à pai ! » Il avait toujours eu ce don de conviction indiscutable : sachant exactement quoi dire et comment soupeser ses mots, il était la terreur des employés des Andrade, qui finissaient toujours par abdiquer face à sa volonté.

En deux temps trois mouvements les deux garçons étaient déjà en train de sauter de la voiture et de courir sur la longue étendue de sable chaud. Quelle chance, un temps magnifique pour cette journée de juillet. Ils posèrent négligemment leurs affaires sur la première chaise venue et ne tardèrent pas à se retrouver en short de bain. Face à eux l’Océan s’ouvrait, vaste et magnifique. Les vagues régulières venaient s’écraser contre le sable, rythmant musicalement l’atmosphère. « Le dernier qui arrive é uma merda» lança Rafael, défiant du regard son plus jeune frère. Leurs visages s’éclairèrent en un sourire provocateur, Ulysses poussa d’un coup d’épaule Rafa avant de prendre quelques enjambées d’avance. Le sorcier ne tarda pas à le rattraper riant bruyamment. Les quelques mètres qui les séparaient de l’eau furent un terrain de jeu pour les deux enfants qu’ils pouvaient être : tentative de croche-pieds et bousculades à n’en plus finir. Mais ce fut de manière complètement synchrone qu’ils embrassèrent l’Atlantique.

« Il rentre quand ? » Rafael avala une gorgée de sa bière avant de relever le visage vers son frère. Ils étaient assis à un bar de la plage, leurs épaules se dorant au soleil. « Demain, j’imagine – » Ulysses amorça un léger hochement de tête. Demain tout rentrerait à la normale. Pas de plage entre eux, entre frères, mais juste la routine vacancière des plus banales. Ulysses retournerait jouer avec ses amis moldus de la rue, et lui suivrait son père dans quelques déplacements sur le terrain – pour apprendre le métier, comme il aimait dire. Pourtant, ils n’avaient qu’un an d’écart. Une misérable petite année. Le même sang, les mêmes parents, mais pas le même pétillement dans les gènes. Lui était sorcier. Son frère un cracmol. Raison simple et suffisante pour le rendre insignifiant aux yeux de Pedro, leur père. « Tu sais… » « – Oui je sais Rafa, c’est bon. » Mais non, il ne savait rien. Rafael déglutit, silencieux. Demain tout rentrerait à la normale. Javier et Ezra le pousseraient à rire des maladresses d’Ulysses. Lâche, il jouerait le jeu, tandis que son regard tenterait de fuir celui de son cadet, et son cœur s’emporterait dans son propre dégoût. La famille, lui avait appris son père, était la chose la plus importante. Il fallait se battre pour elle, la protéger. Il fallait pouvoir se sacrifier pour ses frères. Mais pourquoi pas pour Ulysses ? « Il nous aime ! » ‘Lul esquissa un sourire timide tandis que Rafael avait serré le poing, convaincu de son affirmation. Oui, il en était certain, leur père ne leur offrait peut-être pas les mêmes opportunités, mais il ne pouvait haïr Ulysses autant qu’il le prétendait. C’était son fils après tout. La famille, il n’y a rien de plus important.